Le beau-père et la mère de la petite Fiona déférés

le
2

PARIS (Reuters) - Le beau-père et la mère de Fiona, la fillette de cinq ans qui n'avait pas disparu il y a quatre mois mais a succombé à des coups, ont été déférés jeudi en vue de leur mise en examen, a annoncé le procureur de Clermont-Ferrand.

Des fouilles menées jeudi dans un bois après les aveux mercredi soir de Cécile Bourgeon n'ont pas permis de retrouver le corps de la fillette, la jeune femme qui a accompagné les enquêteurs étant "un peu perdue", a dit Pierre Sennes.

Le magistrat a invité à la prudence sur le scénario du drame tant que le corps ne sera pas retrouvé et une autopsie effectuée.

Il a précisé avoir requis pour Berkane Maklouf, le compagnon de la mère, une mise en examen pour coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Il risque 30 ans de réclusion.

Pour Cécile Bourgeon, le parquet a réclamé des poursuites pour non assistance à personne en danger, recel ou dissimulation de cadavre, dénonciation d'un crime imaginaire et destruction de preuves. Elle encourt 5 ans de prison.

Pierre Sennes a requis pour tous deux une mise en détention provisoire.

Cécile Bourgeon, enceinte de six mois au moment des faits, avait déclaré à la police que sa fille avait disparu dans un parc de Clermont-Ferrand, le 12 mai, alors qu'elle jouait avec sa soeur de deux ans. La mère, qui avait participé aux recherches consécutives, affirmait s'être assoupie sur un banc.

Mercredi soir, selon son avocat Me Gilles-Jean, elle a avoué que sa fille avait succombé à "des coups" qu'elle n'avait pas portés elle-même et que son corps avait été enterré.

Selon Pierre Sennes, elle a précisé que son concubin avait porté un coup, que Fiona avait vomi dans la nuit et qu'elle l'avait retrouvé morte le matin.

Elle aurait voulu appeler les secours, mais Berkane Maklouf l'en aurait dissuadée, selon elle.

"FAIRE DISPARAÎTRE LE CORPS"

"Ils ont convenu tous les deux à ce moment-là de faire disparaître le corps. Le corps de Fiona a été mis dans un sac qui a été remisé dans le coffre de la voiture", a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

La mère aurait pris le volant, en compagnie de son concubin et de son autre enfant, et aurait engagé la voiture dans une forêt pour y faire un trou et l'enterrer nue. Selon le magistrat, la jeune femme s'est arrêtée au retour pour jeter le sac dans une poubelle au bord de la route.

Son compagnon, Berkane Maklouf, a reconnu avoir mis une fessée à l'enfant mais nie farouchement avoir porté les coups, "à plus forte raison des coups mortels", a dit pour sa part à la presse son avocat, Xavier Capelet.

"La veille du drame, effectivement, il l'a réprimandée, il lui a interdit de se relever la nuit pour se faire vomir, il lui a mis une fessée et effectivement elle ne s'est pas relevée et ils l'ont retrouvée le lendemain matin étouffée dans son vomi", a-t-il dit sur BFM-TV.

"Jusque-là, il avait maintenu le silence quasi total sur la façon dont les choses s'étaient passées, il s'était cantonné à la version officielle et il a fini par s'expliquer lorsqu'il a su que la mère elle-même l'avait fait de son côté", a-t-il ajouté.

Gérard Bon et Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • puck le jeudi 26 sept 2013 à 14:17

    une fessée à l'algérienne ça tue !

  • M4960905 le jeudi 26 sept 2013 à 13:38

    Il ne nierait donc pas avoir porté des coups.Quel courage!