Le Bayern sans pitié pour Leverkusen

le
0
Le Bayern sans pitié pour Leverkusen
Le Bayern sans pitié pour Leverkusen

Le Bayern est impitoyable. Grâce à sa nouvelle pépite Douglas Costa et un Müller toujours aussi efficace, les hommes de Guardiola gagnent 3-0 envoient un message clair à la concurrence : ce sont eux qui dictent le rythme en Bundesliga.

Bayern Munich 3-0 Bayer Leverkusen

Buts : Müller (26e, 60e), Robben (71e) pour le Bayern

Le contrôle orienté est un art délicat, doux, soyeux et primordial dans le football. Douglas Costa, le nouvel empêcheur de tourner en rond du Bayern, connaît cette leçon à la perfection. Quand un ballon envoyé 40 mètres plus loin vient jusqu'à lui, il ne cherche pas à l'arrêter dans ses pieds. Il emmène ce ballon dans une danse, débute sa valse sans attendre son partenaire Hilbert et gagne ainsi un ou deux pas d'avance. Dès lors, la différence est faite, sans même avoir à dribbler. Müller, au centre, ajuste Leno et ouvre le score. Quelques minutes plus tard, devant le but mais toujours sans contrôle, ce sont les montants qui empêchent Costa de briller. Mais l'esprit est là : jouer vite et juste, dans le timing et sans attendre, pour être devant tout le monde.

Un Bayern intraitable


À l'annonce des compos, ce n'est pourtant pas la ligne offensive et l'ailier gauche qui attirent l'attention : en défense, les trois hommes choisis par Pep Guardiola ne sont pas des centraux de formation. Lahm, Alaba et Bernat doivent se charger de couvrir Manuel Neuer du danger Kießling. En phase de relance, Xabi Alonso redescend au niveau d'Alaba pour offrir une alternative au pied gauche de l'autrichien et se sortir du pressing étouffant du Bayer. Car le Werkself est haut en début de match, très haut sur le terrain.

À cause de cela, le Bayern est obligé d'employer un jeu très direct, en cherchant au plus vite Robben et Douglas Costa, multipliant donc des pertes de balle relativement rapides. En conséquence, le match n'est pas mauvais mais peut-être pas ce qu'il y a de plus agréable à regarder, entre des phases de jeu hachées et quelques beaux tacles en retard récompensés par M. Meyer de quatre cartons jaunes. Sauf que... Sur une phase de pressing que le Bayer est surpris dans son petit jeu. Alonso allonge parfaitement en direction de Costa, la suite est connue...







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant