Le Bayern du manque

le
0
Le Bayern du manque
Le Bayern du manque

Avant de penser à ses retrouvailles avec son Barça nourricier, Herr Pep doit avant tout se concentrer sur sa maison depuis deux ans, son Bayern, décimé par les blessures et dans le creux de la vague.

Hommage du Camp Nou par ci, Thiago par là, " Messi est trop fort, on ne peut pas l'arrêter " Assez logiquement, ce Barça-Bayern n'est presque abordé qu'à travers le prisme des correspondances. Quoi de plus logique quand l'entraîneur de l'un a joué quasiment toute sa carrière chez l'autre, avant d'en devenir peut-être le meilleur coach de l'histoire (Messi, ndlr), au moins le plus titré, formant au passage peut-être le meilleur joueur de l'histoire, au moins le plus titré individuellement. Quand ledit entraîneur a, en plus, rapatrié dans son nouveau point d'attache son fils prodigue et prodige (Thiago Alcantara, ndlr), dont le frère porte encore la liquette originelle. Voilà donc pour les gros titres, les choux blancs et gras. D'autant plus que le Barça surfe sur deux énormes victoires en Liga, 6-0 contre Getafe et 8-0 contre Cordoue, des équipes à la renommée certaine, alors que le Bayern s'est incliné contre Dortmund en Coupe en ratant quatre penalties (deux glissades et une barre de Neuer), et face à Leverkusen en Bundesliga avec une équipe bis. Emballé, c'est pesé, trop d'émotion, pression trop forte, logique de la série, le Barça va s'imposer. 4-0 même, disent certains. Rendez-vous compte, la stat est affolante, MSN a inscrit plus de buts que la majorité des équipes européennes. Sauf que Pep Guardiola est trop fier, et surtout trop intelligent pour s'avouer vaincu. Il se battra, avec toutes les armes à sa disposition. Malheureusement pour lui, elles sont bien peu nombreuses.
Tchao médecin
Cette saison, le Catalan n'a jamais pu compter sur un groupe au complet, devant bien souvent redoubler d'ingéniosité pour monter des compositions cohérentes, adaptées à l'adversaire. Tout le monde, ou presque, est tombé à un moment donné. De fait, seul quatre joueurs n'ont pas raté de match à cause d'une blessure: Dante, Boateng, Bernat et Müller, ces trois derniers ayant été ménagés ce week-end. Même le cyborg Neuer a laissé sa cage à Reina quelque temps. De quoi profondément énerver Guardiola, qui s'en est pris au staff médical après la défaite à Porto, entrainant la démission d'Hans-Wilhelm Müller-Wohlfahrt, docteur-miracle en poste depuis à peu près quarante ans, et de son équipe, composée de son fils Kilian, de Lutz Hanse et Peter Ueblacker. Une démission expliquée dans un communiqué lapidaire : " Après la rencontre de Ligue des champions, le staff médical a été tenu pour principal…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant