Le Bayern accélère, Dortmund ralentit, Wolfsburg stoppé

le
0
Le Bayern accélère, Dortmund ralentit, Wolfsburg stoppé
Le Bayern accélère, Dortmund ralentit, Wolfsburg stoppé

Encore une petite semaine en Buli, avec seulement 23 petits buts inscrits. La faute à Wolfsburg, battu par le toujours sémillant Augsburg, ce qui permet au Bayern de s'envoler un peu plus en tête du classement. Sinon, le BVB n'a pas gagné, incapable de marquer à Hambourg.

L'équipe du week-end : FC Augsburg On croyait Wolfsburg inarrêtable, dans le sillage de son duo Bas Dost-Kevin De Bruyne, auteur de 11 des 15 derniers buts de l'équipe lors des quatre dernières journées (9 pour le Hollandais et 2 pour le Belge), avec en prime plein d'assists entre eux (trois du meneur à l'attaquant, qui lui a rendu la pareille une fois) et aussi un peu pour les autres (une de plus chacun). Ce qui les rend donc impliqués sur 13 des 15 buts, tranquillement. Sauf que face à Augsburg, rien n'a fonctionné. Et Naldo a fini par concéder un penalty, tiré par Werner, repoussé par Benaglio, mais poussé au fond par Kohr. Si Robin Knoche a bien fini par égaliser, l'arbitre a – injustement – refusé le but pour une faute aérienne. Du coup, les Loups s'inclinent pour la première fois en 2015. Mais ça, KDB s'en fout : " On a marqué ensemble 25 buts et encore 20 assists. Qu'est-ce que les gens veulent ? Moi, je m'en fous ".
L'homme du week-end : Franck Ribéry En ce moment, Ribéry va mieux, beaucoup mieux, et son entrée lors du match contre Hanovre a tout simplement changé la donne. Alors que le Bayern était tenu en respect par les coéquipiers de Jimmy Briand, passeur décisif sur l'ouverture du score de Kiyotake et très volontaire, Guardiola a décidé de sortir Götze pour lancer le Kaiser. Sept minutes plus tard, un centre pour Lewandowski, qui prend le pied de Marcelo dans la tronche, penalty, transformé par Müller. Dix minutes après, encore un centre, cette fois pour Thomas, tête croisée, ça fait 3-1, c'est emballé, c'est pesé. Et puis Francky, après être passé tout près de l'expulsion en DFB-Pokal, s'est bien embrouillé avec Bittencourt dès son entrée à la fin du match, les deux s'en sortant avec un jaune. Au top de l'agressivité, ce qui plaît à Pep Guardiola, pour qui son caractère fait du Bayern " une grande équipe ". Pas étonnant que le type ne ferme pas la porte à la nationalité allemande.
Vous avez manqué...


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant