Le bavardage, cauchemar des enseignants

le
0
Pour Florence Ehunel, auteur d'un essai sur le sujet, le bavardage est devenu la norme dans la classe.

Quel que soit le sujet et la manière de le traiter, un cours est toujours un combat permanent et épuisant pour la voix. C'est le constat dressé par Florence Ehnuel, professeur de philosophie dans la région bordelaise dans un petit livre passionnant Le bavardage, parlons-en aux éditions Fayard, paru le 25 janvier. La caractéristique principale d'une «classe en action» réside selon elle dans son «incessant bavardage». Une réalité rarement montrée dans les films traitant de l'éducation, pas plus l'Esquive qu' Entre les murs .

Après quinze ans d'exercice dans un lycée de banlieue tranquille, elle n'a rencontré «aucun autre problème»: les autres incidents, sont, affirme-t-elle, faciles à traiter: ceux qui ne rendent pas leur copie à temps acceptent les points qu'on leur enlève, les absentéistes sont suivis par l'établissement. Elle n'a connu ni chahut d'envergure, ni propos blessants, ni comportements déviants: «Seul le bavardage est la tare endémique de toutes

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant