Le Basser, le stade schizophrène .

le
0
Le Basser, le stade schizophrène .
Le Basser, le stade schizophrène .

Laval reçoit Valenciennes ce vendredi (20h) dans son stade Francis-Le Basser. Une enceinte aux deux facettes, coincée entre les mondes professionnel et amateur, un brin obsolète, mais qui fleure bon le foot du dimanche matin avec ses mains-courantes derrière les buts. Et quoi qu'on en dise, ça a son charme.

À quelques encablures de l'élite, mais aussi à deux pas du monde amateur, la Ligue 2 navigue entre deux eaux, ne sait pas vraiment où tourner la tête. Une crise identitaire qui a un symbole : le stade Francis-Le Basser. Maire de Laval de 1956 à 1971 et sénateur de la Mayenne de 1948 à 1965, le docteur Le Basser, figure de la résistance, a donné son nom à l'une des enceintes les plus atypiques du foot professionnel français. Très loin des bijoux modernes, mais pas non plus totalement pourrie. Avec deux tribunes latérales correctes, le stade mayennais contient 10 607 places assises. Mais 8000 spectateurs supplémentaires peuvent être accueillis debout derrière les buts. Enfin, en théorie.

Car le " charme " de Le Basser réside en grande partie dans ces arrière-buts dignes d'un club de PH. Les grillages ont fait place à des mains-courantes classiques, où les supporters se massent, qu'il pleuve, qu'il vente ou qu'il neige. Sauf que pour avoir une chance de voir le terrain entier, mieux vaut être dans les deux premiers rangs. Ou alors se reculer le plus loin possible, sur l'ancienne piste d'athlétisme laissée à l'abandon. Une " anomalie " dans le monde pro qui ne gêne visiblement pas plus que ça les joueurs, qui sont à deux mètres des supporters. " Pas de tribunes derrière les buts, ça fait bizarre en Ligue 2, avoue Pierre Talmont, qui a joué au club entre 2009 et 2013. Mais c'est plus sympa en tant que joueur d'avoir des spectateurs juste derrière la main courante. On est au contact des supporters, même si quand il y a un peu de monde, on n'entend plus les critiques quand ça ne va pas. "
Billetterie inondée et absence de casiers
Si joueurs et spectateurs s'accommodent de cette situation qu'ils ne peuvent de toute façon pas faire évoluer, l'image renvoyée par le stade n'est pas totalement assumée par un club qui navigue entre Ligue 2 et National depuis 25 ans et qui espère retrouver un jour l'élite. " Fin novembre, il y avait un match de l'équipe de France féminine à Laval. Ils avaient tout fait pour qu'il n'y ait personne derrière les mains-courantes pour ne pas montrer ça à la télé ", explique François Berthier, qui dirige le site des socios du Stade lavallois. Même les modifications apportées en 2001 " afin de répondre aux nouvelles normes de la Ligue de football, et pour le plaisir des spectateurs ", selon le site officiel du club, n'ont pas...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant