Le baromètre des Bleus

le
0
Le baromètre des Bleus
Le baromètre des Bleus

La cinquième place de l'équipe de France au terme du Tournoi des VI Nations amène à se poser des questions sur le niveau de certains joueurs. Plusieurs d'entre eux ont marqué des points tandis que d'autres en ont perdu. Revue des bonnes notes et, aussi, des mauvaises.

C’est l’heure du bilan pour les joueurs de l’équipe de France. La défaite des Bleus face à l’Angleterre a mis un terme au Tournoi des VI Nations 2016 et les joueurs de Guy Novès terminent à la cinquième place. Si tout n’a pas été parfait, certains joueurs se sont distingués comme Guilhem Guirado. Le capitaine aux 43 sélections a été exemplaire. Il est le meilleur plaqueur français (46) mais aussi celui qui a marqué le plus d’essais (2). En lice pour le titre de meilleur joueur du Tournoi, il a été conforté dans son rôle de capitaine jusqu’en 2019. L’autre satisfaction se situe à l’aile. Virimi Vakatawa a été l’attraction du jeu offensif des Bleus avec ses huit franchissements. Hyper actif, il est le joueur français qui a battu dans ce Tournoi le plus de défenseurs (24), derrière le Gallois George North (26). Mais il n’est pas assez constant défensivement et doit continuer à travailler.

Des retours positifs

Maxime Machenaud, remplaçant lors des trois premiers matchs, a réalisé un retour intéressant en tant que titulaire avec notamment un 100 % de réussite au pied face à l’Angleterre. Scott Spedding a su saisir sa chance, comme à chaque fois sous le maillot floqué du coq. L’arrière a beaucoup franchi (118 mètres parcourus ballon en main) mais manque, à l’image ses coéquipiers, de patience et de finition devant l’en-but adverse. Maxime Mermoz, qui n’était pas le premier choix du staff au début du Tournoi, s’est imposé comme une valeur sure. Son expérience et sa défense contre l’Angleterre ont été des éléments précieux. Pour sa première au niveau international, Jefferson Poirot n’a pas déçu, excepté son match contre l’Ecosse. Le pilier de l’UBB a répondu présent en mêlée et a été très disponible dans le jeu.

Ils n’ont pas perdu de points

Rabah Slimani est actuellement le meilleur pilier droit français. Le joueur du Stade Français ne déçoit que rarement. Remplacé contre l’Irlande après une prestation moyenne, il a su réagir mais son match contre l’Ecosse ternit son Tournoi. Alexandre Flanquart peine, lui, à confirmer les espoirs placés en lui. Il est totalement passé à côté de son match à Murrayfield et a été discret contre l’Angleterre. Pour son retour en équipe de France contre l’Ecosse, Wesley Fofana n’a pas déçu mais ne pèse pas suffisamment sur le jeu des Bleus. Pour sa défense, le trois-quarts centre de Clermont a été utilisé à nouveau à l’aile. Son coéquipier en club, Damien Chouly, n’a pas énormément brillé. Auteur d’un essai dans ce Tournoi, il a été titulaire lors de tous les matchs de cette édition 2016. Mais il souffre d’un manque de puissance physique malgré une disponibilité intéressante dans le jeu voulu par Guy Novès et son staff. Gaël Fickou a été à l’image de l’équipe de France, inconstant. Il a alterné le bon, comme son match contre l’Ecosse, et le moins bon. Pour leur première participation au Tournoi des VI Nations, Sébastien Bézy, Paul Jedrasiak, Camille Chat et Yacouba Camara ont fait l’apprentissage du haut niveau et devront être revu en Bleu. Enfin, difficile de juger les performances de François Trinh-Duc. Pas en vue dans l’exercice des tirs-au-but contre l’Ecosse, il avait réalisé une prestation moyenne dans le jeu. Dommage que sa blessure contre l’Angleterre soit arrivé tôt dans le match.

Des copies à revoir

Malheureusement, certains joueurs n’ont pas été à la hauteur de l’événement. Certes, ce n’était pas un cadeau de débuter contre Billy Vunipola, mais Loann Goujon n’a pas brillé face à l’Angleterre. Titulaire en 8 pour sa dixième sélection, le joueur de Bordeaux-Bègles a manqué de puissance et a souffert de la comparaison avec son vis-à-vis anglais. Surtout, il a montré combien l’équipe de France était orpheline de Louis Picamoles. Plutôt bon en début de Tournoi mais pas assez tranchant, Maxime Médard est peu à peu sorti du XV titulaire. Malgré son essai contre l’Irlande, qui donna la victoire aux Bleus, il n’a pas su faire profiter son expérience à l’équipe de France (46 sélections) malgré un profil plus joueur que Spedding. Enfin, Jules Plisson n’a pas brillé lors de cette édition 2016. Titulaire lors des trois premiers matchs, l’ouvreur est passé à travers face au pays de Galles et a perdu sa place à l’ouverture. Moyen dans l’alternance et dans le jeu au pied, il n’a pas convaincu et devra retrouver son niveau qui était le sien la saison passée.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant