Le Barça se heurte au mur Kameni

le
0
Le Barça se heurte au mur Kameni
Le Barça se heurte au mur Kameni

En pleine galère face à Malaga, le Barça laisse échapper deux points cruciaux dans la course au titre (0-0). Un match nul, dans tous les sens du terme, qui permet aux deux Madrid qui se retrouvent ce soir de griller un joker. Le héros s'appelait Carlos Kameni cet après-midi.



FC Barcelone 0-0 Málaga CF


Une mêlée autour de l'arbitre, des contestations qui s'enchaînent, mais un match nul concédé au Camp Nou face à Malaga : la fin de match du Barça résume à la perfection le triste après-midi qu'il vient de vivre. Contrait au nul par un énorme Kameni, il perd du coup le moyen de mettre la pression sur les deux Madrid, qui se retrouvent au Vicente Calderon pour un bouillant derby de la capitale. Largement remanié, car soumis au retour tardif de nombreux internationaux convoqués durant cette trêve, le onze aligné par Luis Enrique explique en grande partie le mal blaugrana pour se défaire de Malaga. Avec un front offensif amputé de Lionel Messi, absent de dernière minute, et Luis Suarez, suspendu, mais surtout un milieu orphelin d'Iniesta et de Rakitic, les Catalans peinent à forcer le coffre-fort andalou. Un coup de mou à domicile qui se répète depuis le début d'exercice, là où le Deportivo Alavés s'est déjà imposé en début. Comme ce résultat, le staff barcelonais peut déjà oublier la prestation de ses poulains, poussifs à souhait et qui n'arrivent toujours pas à intégrer Paco Alcacer, transparent comme jamais.

Kameni et le bon souvenir de l'Espanyol


Le dernier souvenir blaugrana de Juande Ramos le renvoie vers une déculottée historique. Hasard ou conséquence, l'entraîneur des Boquerones, giflé 2-6 par le Barça lors de son bref passage sous la guérite du Bernabéu, aligne un onze en béton armé. À savoir, une ligne de cinq défenseurs accouplée à quatre milieux de terrain qui étouffe, sitôt le coup d'envoi effectif, les disciples de Luis Enrique dans la moitié de terrain andalouse. Le cuir circule, de part en part du pré, la pression locale se fait sentir, mais l'embouteillage axial ralentit toutes les percées azulgranas. Pis, quand Sergi Roberto offre des solutions permanentes sur son aile, son pendant opposé, Lucas Digne, s'interdit, lui, de venir dédoubler dans le dos de Neymar et facilite, donc, la tâche

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant