Le Barça roi d'Espagne, le Real second couteau

le
0
Le Barça roi d'Espagne, le Real second couteau
Le Barça roi d'Espagne, le Real second couteau

Sans grosse surprise, le FC Barcelone remporte la 24ème Liga de son histoire et assure ainsi sa propre succession. Un temps devant au classement général, le Real Madrid va devoir ronger son frein pour obtenir un titre cette saison.

Grenade CF 0-3 FC Barcelone

Buts : Luis Suarez (21e, 38e, 85e) pour le Barça.

Deportivo La Corogne 0-2 Real Madrid

Buts : Cristiano Ronaldo (7e, 26e) pour le Real.

La situation est la même, seules les années changent : en 2010 déjà, le FC Barcelone possédait un point d'avance sur son éternel rival madrilène et devait s'imposer contre Valladolid à la maison pour s'adjuger un nouveau sacre en championnat. Le résultat final était sans appel, 4-0. Les appels, Luis Suarez les connait comme sa poche. Sur la droite, sur la gauche, en avant, en retrait, El Pistolero est partout, tout le temps. Mais la surface reste son jardin préféré. Cette griffe pour l'art de la finition, Luisito la prouve à la 38ème minute de jeu sur le terrain de Grenade, déjà désamorcée. Dani Alves s'arrache sur un long ballon et centre en retrait en bout de course. En bon visionnaire, la course de Suarez est fluide, sa tête imparable. Le Barça mène déjà au score, et ce 39ème but de Suarez en championnat vient annihiler tout espoir de final rêvé pour le Real Madrid. Grenade ne peut pas remonter deux buts d'écart contre cet ogre-là. L'explosion de joie catalane devient une bombe à retardement.

Des chichis pour le Pichichi


L'accolade amicale entre Ricardo Costa et Gerard Piqué est une fausse courtoisie. Dans l'Estadio de Carmenés, la tension reste belle et bien palpable, même si Grenade est assurée de son maintien. Cette pression du résultat, c'est le FC Barcelone qui la possède. Et Piqué, prêt à adresser une caresse à son homologue portugais, manque de cimenter la victoire des siens dès le début du match. Un corner, une déviation subtile de Mascherano au second poteau, et Shakiro appuie sa tête aux six mètres. D'un habile réflexe, Andrés Fernandez dévie le cuir et prouve que les Grenadins veulent la jouer façon gredins. La lutte continue, et le Real amplifie le…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant