Le Barça remet ça

le
0
Le Barça remet ça
Le Barça remet ça

Pas tout à fait rassasiée après s'être enfilé le Real et la Roma, la MSN a remis le couvert avec la Sociedad. L'écart comptable est moins important que dernièrement, seulement 4–0, mais leur domination, elle, était tout aussi impressionnante.

FC Barcelone 4–0 Real Sociedad

Buts : Neymar (21e, 51e), Suárez (41e), Messi (90e) pour le Barça

Simplement injouables. À l'heure actuelle, avec cette réussite et avec ce trio d'attaque dans cette forme-là, le Barça est impraticable. C'est tout. La Real Sociedad a bien essayé de faire illusion, mais la réalité reprend toujours le dessus : ils sont trop forts. Sur le premier but de Neymar, tout va trop vite. Sur le deuxième de Suárez, tout est trop beau. Sur le troisième de Neymar, tout fonctionne trop bien. Et sur le dernier de Messi, tout était déjà trop tard. Avec cette facile victoire, le Barça consolide sa première place et, comme si ce n'était pas déjà suffisant, renforce sa réputation de grandissime favori à toutes les compétitions auxquelles elle participe.

45 Minutes a Slave


L'illusion aura duré plus ou moins deux minutes. Deux minutes pendant lesquelles la Sociedad feinte l'envie, prend le Barça à la gorge et récupère des ballons aux alentours de la surface catalane. Et puis, l'ordre se rétablit petit à petit. Messi touche de plus en plus de ballons. Neymar augmente le rythme avec les minutes qui passent. Et Suárez crée de plus en plus de courant d'air dans le dos des défenseurs. C'est d'ailleurs l'Uruguayen qui va affronter le premier Rulli, mais il manque son premier duel. Et c'est encore lui qui va déclencher la deuxième grosse action de la rencontre : un centre extérieur du pied savoureux pour la tête d'Iniesta sur le poteau. Bref, plus le temps passe, et plus l'autorité du Barça se fait stricte. Pressing et possession. Comme toujours. Les buts ensuite.

À la vingtième, Messi reçoit un ballon dos au but, entre quatre Basques, au niveau des trente mètres mais aucun souci pour lui : il le contrôle en se le mettant en l'air et envoie une passe de volée pour Alves qui met ensuite le ballon dans la course de Neymar. 1 – 0. Canales essaie bien de répondre avec quelques grosses mines, mais la Sociedad n'est déjà plus que l'esclave de la MSN et d'Alves. Car le latéral, qui n'a rien de défensif aujourd'hui, est autant en jambe que ses trois collègues d'attaque. Et lorsqu'il reçoit encore un ballon dans le dos des…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant