Le Barça protégé ? L'Atlético crie au scandale

le
0

Après le quart de finale aller entre le FC Barcelone et l’Atlético Madrid mardi soir (2-1), les Colchoneros ont crié au scandale, s’estimant volés par les décisions arbitrales.

Incroyable de combativité et de solidarité pendant une heure, l’Atlético Madrid a fini par craquer mardi soir sur la pelouse du FC Barcelone en quart de finale aller de Ligue des Champions (2-1). Un match marqué par l’expulsion rapide mais logique de Fernando Torres. Pourtant, à l’issue de la rencontre, les joueurs et dirigeants de l’Atlético Madrid ont quitté le Camp Nou furieux, certains d’avoir été volés par l’arbitre allemand Felix Brych. « C’est lamentable. Je pense que le club (ndlr : Barcelone) est protégé, a lâché Filipe Luis au micro de Mega, qui aurait voulu que Luis Suarez soit expulsé pour un mauvais geste en deuxième période. Nous sommes grandement pénalisés et ça fait mal. Ça fait peur à l’UEFA de voir le Barça éliminé. Deux cartons ont jeté à la poubelle le travail de la semaine, un bon travail. J’ai été expulsé justement pour un coup de pied à Messi (en championnat). Qu’est-ce qu’il faut qu’ils fassent pour qu’on les expulse ? C’est une agression, un carton rouge. »

Simeone : « Je ne peux pas dire ce que je pense »

Un constat partagé par le conseiller délégué du club madrilène, qui accuse les instances européennes de ne pas vouloir s’ouvrir aux clubs moins riches. « Le Barça n’a pas besoin de ce genre d’aide. Rummenigge (ndlr : président de l'Association des Clubs Européens) veut des demi-finales entre ceux qu’il croit commander et il finira par les avoir. Le foot n’est pas le patrimoine des huit grands clubs européens. Le football est à tout le monde et ce devrait être ainsi. On veut les mêmes règles du jeu. Si Torres est expulsé, on doit appliquer le même critère à Suarez. Le football ne peut pas être la dictature des plus grands. » Diego Simeone, très remonté sur le bord de la pelouse pendant le match, s’est montré plus calme en conférence de presse, refusant de s’étendre sur les décisions de M.Brych. « Je ne dis pas tout ce que je voudrais dire, c’est certain. Je ne peux pas dire ce que je pense. » L’Argentin s’est plutôt attaché à féliciter ses joueurs, qui restent en course pour une place dans le dernier carré avant le match retour la semaine prochaine. « Je suis fier des footballeurs que j'ai, content d'avoir une équipe qui laisse sa peau à chaque match. Ils se dressent face à chaque difficulté et ne cherchent pas d'excuses mais des réalités. » Le quart de finale retour, mercredi prochain à Madrid, s’annonce bouillant.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant