Le Barça et le Real intraitables, Griezmann en feu

le
0
Le Barça et le Real intraitables, Griezmann en feu
Le Barça et le Real intraitables, Griezmann en feu

De leurs rencontres compliquées face à Valence et Málaga, Blaugrana et Merengues ont su décrocher les trois points. Bémol de taille pour les hommes d'Ancelotti, ils y ont laissé Modrić et Bale, blessés musculaires. Des absences dont se fout l'Athletic Bilbao, chaud pour retrouver l'Europe, et Antoine Griezmann, auteur du golazo du week-end.

L'équipe du week-end
Les deux éliminations successives des compétitions européennes ont offert à l'Athletic Bilbao le bol d'oxygène dont il avait besoin. Sans visite du Vieux Continent, le fanion basque s'est refait la cerise, troquant sa mission maintien pour arracher un ticket pour la C3. Un constat qui s'est encore vérifié ce samedi. Avec la réception de Getafe, les Leones ont sorti les griffes. Bien aidés par l'expulsion précoce de Velazquez, et le penalty transformé par l'inoxydable Aduriz, ils ont enfoncé le navire des banlieusards madrilènes. Le tableau d'affichage s'arrêtant à 4-0, la pointe basque aux 34 balais s'est offert un nouveau doublé qui lui permet d'atteindre les 14 unités en Liga. Bref, tous les voyants sont au vert à l'heure d'aborder la finale de Coupe du Roi. Surtout, à trois petits points du septième Málaga, et surfant sur une série de six victoires lors des dix dernières journées, ils peuvent espérer décrocher le sésame européen. L'ambition affichée par Valverde : "Trois points, c'est une distance qui ne symbolise psychologiquement qu'un seul match. Málaga va subir notre pression et nous voulons qu'il la subisse".
Vous avez raté Real Madrid-Málaga et vous n'auriez pas dû
Rarement le Real Madrid aura autant galéré à imposer son jeu. Pour sûr, certaines de ses sorties annuelles ont été perdues (cf. Anoeta, Mestalla, Calderón, Camp Nou), mais, dans son antre, le roi d'Europe a su rester souverain. Jusqu'à la banderille de rigueur de Cristiano Ronaldo, intervenue à la 93e minute - comme Messi, tiens tiens -, le Santiago-Bernabéu n'a pas respiré. Congelé par un froid hors de saison, il s'est contenté d'éclairs individuels. Le Portugais, toujours Pichichi du championnat, et James Rodríguez, dépositaire du tempo merengue, ont bombé…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant