Le Barça, ce délinquant armé d'Estelades

le
0
Le Barça, ce délinquant armé d'Estelades
Le Barça, ce délinquant armé d'Estelades

Mis à l'amende par l'UEFA pour ne pas avoir interdit le déploiement de milliers de drapeaux indépendantistes à Berlin, le FC Barcelone ne souhaite pas calmer le jeu. Avec une nouvelle démonstration de force prévue ce mercredi, il s'attaque même de plein fouet à cette attaque "contre la liberté d'expression".

Rarement l'aficion barcelonaise ne s'est faite autant sentir. Réputée capricieuse et pourrie gâtée, elle met à l'amende les tifosi italiens quatre-vingt-dix minutes durant. Un succès des tribunes qui s'accompagne d'un sacre en Ligue des champions, le quatrième pour le fanion blaugrana. De cette soirée berlinoise historique, les Catalans n'en gardent pourtant pas que de bons souvenirs. La faute à un règlement de l'UEFA intransigeant ou, plutôt, à une application sans tact de ce dernier. De fait, quelques semaines après ce sacre européen, la commission de contrôle, d'éthique et de discipline de l'organisme basé à Nyon dégaine son article 16,2. En substance, il réprime "l'usage de gestes, de mots, d'objectifs ou de n'importe quel autre élément qui transmet un message qui n'a pas sa place dans une enceinte sportive, surtout les messages d'ordre politique, idéologique ou religieux". La sanction - une amende de 30 000 euros infligée au club - punit la présence massive d'Estelades dans les gradins réservés aux Culés. Une situation, répétée lors de la réception du Bayer Leverkusen, qui se reproduira de nouveau face au Bate Borisov.

Quand l'UEFA n'accepte pas la démocratie


Loin du furieux et caractériel Joan Laporta, Josep Bartomeu préfère le calme et la sérénité. Jamais avec un mot plus haut que l'autre, il n'élève que rarement la voix en public. Un trait de caractère dont il a fait fi lors de la dernière assemblée générale des socios blaugrana. "L'UEFA s'est mis dans un beau bourbier, entame le président blaugrana dès sa prise de parole. L'Estelada est un symbole qui ne promeut en rien la violence, il n'est pas interdit et représente un sentiment identitaire légitime des Barcelonais et des Catalans." Des paroles aux actes, il permet l'installation, lors de la réception d'Eibar, de trois pancartes dans le rond central. Sur chacune d'entre elles, le même message univoque : "Liberté d'expression !" Cette prise de position peut d'ailleurs surprendre : apolitique dans ses discours ou lors de sa campagne présidentielle, Josep Bartomeu se veut en bon chef d'entreprise plutôt qu'en meneur politique. En soi, le contraire de son rival Joan Laporta qui, lors de son mandat, avait interdit le drapeau espagnol à la Masia ou encore fait du catalan la seule langue officielle du club.

Élu par une certaine…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant