Le Barça arrache une Supercoupe d'Europe complètement folle

le , mis à jour à 00:07
0
Le Barça arrache une Supercoupe d'Europe complètement folle
Le Barça arrache une Supercoupe d'Europe complètement folle

par Quentin Migliarini (iDalgo)

Le FC Barcelone s'est dépouillé pour finalement l'emporter au bout des prolongations (5-4) devant le FC Séville lors de la Supercoupe d'Europe, ce mardi soir. Qui aurait pu prédire un scénario aussi fou entre le vainqueur de la Ligue des Champions et celui de la Ligue Europa ? Marqué par le pressing imposé par les Sévillans et la rapide ouverture du score de Banega (3e), le club catalan s'en est remis, comme souvent, à Lionel Messi. En moins de dix minutes, le quadruple ballon d'or a envoyé deux coups franc au fond des filets du portier adverse (7e, 16e). La suite de cette rencontre est largement à l'avantage du Barça qui reprend le contrôle du jeu et casse les velléités adverses. Rafinha (44e), puis Luis Suarez (52e), déjà auteur d'une passe décisive, pensent creuser un écart conséquent en portant la marque à quatre buts à un. C'était sans compter sur la maladresse coupable d'une défense blaugrana complètement dépassée en seconde période. Un quart d'heure après la réduction du score de Reyes (57e), Mathieu est à l'origine d'un pénalty qu'il aurait pu éviter, le Français récolte un carton jaune au passage. Kévin Gameiro se charge de transformer l'offrande et cède sa place à Ciro Immobile peu après. Il ne faut pas longtemps à l'Italien pour se montrer à son avantage en adressant un caviar à Konoplyanka qui égalise à dix minutes de la fin du temps réglementaire (81e). Les prolongations sont équilibrées, chaque équipe parvient à porter le danger dans la surface adverse, mais c'est bien Barcelone par l'intermédiaire de Pedro, sur une passe de l'inévitable Lionel Messi, qui a finalement le dernier mot (115e). Le FC séville pourra toujours se féliciter d'avoir tenu tête à un grand Barça, certes privé de Neymar, mais qui a déjà fière allure, si l'on excepte les errements d'une défense parfois aux abois.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant