Le Barça a mangé des Lions

le
0

Rapidement aux commandes, et en supériorité numérique, les Blaugranas n'ont fait qu'une bouchée de l'Athletic Bilbao. Avec un set en poche (6-0), ils serrent à la culotte un Atlético de Madrid qu'ils attendent de pied ferme dans quinze jours.

FC Barcelone 6-0 Athletic Bilbao

Buts : Messi (5e), Neymar (31e), Luis Suarez (47e, 69e, 82e) et Rakitic (62e) pour le Barça

Le suspense dure quatre minutes. Quatre minutes qui suffisent à Luis Suarez, lancé dans la surface, pour provoquer un penalty et l'expulsion d'Iraizoz, capitaine et portier des Leones. Tout frais auréolé d'un cinquième Ballon d'Or - qu'il présente lors de l'avant-match -, Lionel Messi se charge d'ouvrir le festival blaugrana le plus sereinement du monde. Sorti à la pause par précaution, il profite depuis la guérite de Luis Enrique du festival de ses coéquipiers. Des comparses finalement vainqueurs 6 buts à 0 de pâles Leones, certes handicapés par leur infériorité numérique, qui suivent le tempo imposé en tête de la Liga par l'Atlético de Madrid. Avec un tel niveau de jeu, et des individualités au sommet de leur art - Luis Suarez auteur d'un triplé, Neymar d'un festival, et Busquets d'une démonstration -, ces Blaugranas attendent impatiemment le leader colchonero. Ce rendez-vous qui se profile dans quinze jours pourraient bien décider du sort d'une Liga que le Barça surclasse par son niveau de jeu.

Les tentacules de la pieuvre Busquets


Quatre-vingt dix minutes plus tôt, les festivités précèdent le coup d'envoi. Tout juste sacré par un cinquième trophée de MVP mondial de l'année 2015, la Pulga offre au Camp Nou son cinquième ballon doré. Les sourires et autres clins d'oeil occupent alors les faciès de blaugranas sortis avec leur onze de gala - le seul Aleix Vidal remplaçant Dani Alves. Quatre tours de cadran et un premier fait de jeu plus tard, l'ouverture du score sur penalty de sa majesté argentine rend ces sourires inextinguibles. Un coup du sort des plus terribles pour les Basques, d'autant plus qu'Eraso dispose d'une franche occasion une minute plus tôt. En supériorité numérique, les Catalans se limitent à jouer. Les accélérations, elles, sont délivrées au compte-goutte. Tant mieux, se murmure Ernesto Valverde, puisque chaque coup de turbo s'accompagne d'une action de la MSN. A la demi-heure de jeu, sur une récupération-relance de la pieuvre Busquets, Suarez lance en profondeur son comparse brésilien. Une…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant