Le banquier du Vatican ne fabriquera plus d'armes

le
0
Nommé vendredi à la tête de la banque du Vatican, Ernst Von Freyberg fait déjà l'objet de critiques, liées à son activité de construction navale, partiellement militaire. Le Saint-Siège défend son choix avec fermeté.

C'est la décision qui devait laver l'honneur de la banque du Vatican. Ébranlée par une série de scandales et par le renvoi pour incompétence de son ancien président, l'Institut pour les œuvres de religion (IOR) connaît depuis vendredi le nom de son nouveau dirigeant: Ernst Von Freyberg, un aristocrate et industriel allemand.

Cette nomination, l'une des dernières grandes décisions du pape Benoît XVI, qui démissionnera le 28 février, n'a pourtant pas échappé à la controverse. Avocat réputé, financier de haut vol et chevalier de l'Ordre de Malte, Ernst Von Freyberg est aussi le président du conseil d'administration des chantiers navals Blohm & Voss Shipyards, qui participent à la construction de bateaux de guerre.

Interrogé sur ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant