Le Bangladesh pourrait abandonner l'islam comme religion d'État

le
0
La Premier ministre bangladaise de centre gauche Sheikh Hasina, a proposé d'abandonner l'islam comme religion officielle.
La Premier ministre bangladaise de centre gauche Sheikh Hasina, a proposé d'abandonner l'islam comme religion officielle.

Depuis le 29 février 2016, la Cour suprême du Bangladesh, la plus haute instance judiciaire du pays, examine la constitutionnalité du statut de « religion officielle » dont jouit l'islam dans ce pays du sous-continent indien. C'est incontestablement un pari un peu fou lancé par Sheik Hasina, 68 ans, Premier ministre de ce pays surpeuplé (170 millions d'habitants sur un territoire quatre fois plus petit que la France). Cette femme de poigne, à la tête de la ligue Awami, parti laïc de centre-gauche, n'a jamais caché son intransigeance vis-à-vis des islamistes, qui ont tenté de l'assassiner en 2004. Elle est aussi la fille du Sheikh Mujibur Rahman, le père de l'indépendance du Bangladesh, tué, avec presque toute sa famille, par les militaires en 1975.

Il s'agit aussi de tenter de mettre un frein à la violence islamiste qui endeuille depuis quelques mois l'ancien Bengale. Des organisations terroristes, dont certaines se revendiquent de Daech, s'en prennent aux minorités religieuses, hindouistes, chrétiens, mais aussi à d'autres représentants de l'islam, notamment les soufis, les chiites, et à la minorité Ahmadiyya. Les intellectuels, les athées, et les étrangers ne sont pas épargnés non plus. Depuis l'assassinat d'un ressortissant japonais, et l'attaque par balle d'un prêtre italien, il est impérativement conseillé aux étrangers de ne plus sortir le soir. Des policiers armés surveillent les halls des hôtels fréquentés par les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant