Le bananier recyclé, nouveau matériau écolo pour la maison

le
0

Béton, bois ou plutôt banane ! Les tiges de bananier deviennent un nouveau matériau ultra naturel pour les revêtements décoratifs de la maison. Un produit aussi exotique que made in France.

Après avoir évoqué de nombreuses constructions en bois, en paille ou encore en bambou, le Figaro Immobilier se penche désormais sur un autre matériau insolite: les troncs de bananiers. Ne vous y méprenez pas, il ne s’agit ici ni d’un arbre exotique ni d’une variété de bois malgré les apparences trompeuses. En réalité le bananier est une herbe géante qui occupe plus de 13 millions d’hectares sur la planète pour la culture du fruit le plus exporté dans le monde. Mais pourquoi laisser à l’état de déchet agricole ces tiges délaissées après la récolte, quand on peut leur offrir une seconde vie dans l’architecture intérieure nos maisons?

Voilà l’idée qui a conduit Vladimir Hayot et Nicolas Cheminon, deux ingénieurs installés à la Martinique à créer leur entreprise FIBandCO. La jeune société a décidé de valoriser cette ressource naturelle abondante afin d’en faire une solution novatrice et écologique pour la fabrique de différents produits finis pour l’agencement, l’architecture intérieure et le design, tels que des revêtements décoratifs.

Une technique de transformation éco-responsable

Fruit d’un long travail de technique et d’exploitation, le procédé de transformation de ces fibres de bananiers se veut simple et entièrement respectueux de l’environnement avec les bénéfices d’un circuit court. L’objectif? Concevoir un matériau haut de gamme utilisable et exportable pour les architectes et designers du monde entier à la recherche de nouveaux matériaux écologiques.

«Après la récolte des fibres dans une bananeraie martiniquaise, le cœur des tiges de bananiers très fibreux et souple est récolté puis acheminé jusqu’à notre usine de proximité. Puis, ces fibres sont tranchées pour être rassemblées et collées entre elles comme des fines feuilles de papier grâce à la sève naturelle», explique Nicolas Cheminon, cofondateur. Celui-ci se réjouit de proposer une nouvelle alternative au bois sans jamais contribuer au phénomène de la déforestation puisque le bananier est une plante vivace qui repousse rapidement jusqu’à atteindre sa taille maximale tous les neuf mois.

Grâce à différentes techniques de stockage débouchant sur divers degrés d’humidité des fibres et selon l’âge des troncs de bananiers récoltés, la couleur du matériau peut varier entre des teintes naturelles allant du beige au marron.

Pour un nouveau matériau déco

Outre sa qualité environnementale, la souplesse, la finesse et l’aspect du bois sont également des atouts mis en avant pour ce produit conditionné sous la forme de grands rouleaux de 2.5 mètres de long par 1.25 mètres de large. Le but est donc de l’utiliser comme décor naturel pour des panneaux d’agencement et des panneaux acoustiques, comme une solution de placage pour des portes de cuisine/dressing, du mobilier ou encore pour la conception d’objets design.

Le coût de cette alternative exotique: selon les différentes gammes et les commandes du produit sur mesure, comptez entre 50 euros/m² et 200 euros/m² (hors prix des options et de la pose). Parfois, le coup du bananier peut se révéler un vrai coup de bambou. Mais quand on aime... Le dernier à avoir tenté l’expérience? L’architecte et designer Philippe Starck qui a pensé la conception de ce café, installé à la canopée des Halles à Paris.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant