Le bail des paysans du Larzac prolongé jusqu'en 2083

le
0
Le bail des paysans du Larzac prolongé jusqu'en 2083
Le bail des paysans du Larzac prolongé jusqu'en 2083

Les paysans du plateau du Larzac et leurs sympathisants ont assisté ce jeudi par centaines à la signature avec l'Etat de la prolongation de leur bail, jusqu'en 2083, synonyme de pérennité pour l'agriculture autogérée qu'ils incarnent depuis près de 30 ans. José Bové et deux autres gérants de la Société civile des terres du Larzac (SCTL) ont signé avec le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll la prolongation du bail, pour l'ensemble des 6 300 hectares de terres autrefois destinées à l'armée.

En accueillant Stépane Le Foll, José Bové, signataire en tant que représentant des habitants non-exploitants, a rappelé que ce territoire était le fruit de «10 ans de combat» de 1971 à 1981, qui avait conduit à l'abandon d'un projet d'extension de camp militaire. Une centaine d'agriculteurs, rejoints ensuite par des dizaines de milliers de jeunes militants, en avaient fait un symbole de la lutte contre le militarisme et le capitalisme.

VIDEO. Manifestation des paysans du Larzac à Paris en 1973 (INA)

La prolongation du bail est «l'acte final de la lutte contre l'extension du camp militaire, mais aussi la preuve qu'on a été capables de créer quelque chose de neuf», ont souligné les responsables de la SCTL. Ils ont insisté sur le fait que leur «agriculture paysanne, respectueuse de la qualité et de l'environnement, a permis d'augmenter la population agricole de 20%, à l'opposé du reste de la France». Ils ont ajouté avoir créé une coopérative laitière, une autre de viandes, ainsi que des structures vétérinaires et semencières.

La cérémonie a ainsi été un hommage indirect aux premières années Mitterrand, avec l'abandon du projet militaire en 1981 et l'attribution en 1985 d'un bail de 60 ans à la SCTL. Ce type de bail accorde tous les droits et devoirs d'un propriétaire au détenteur sauf celui de vendre le sol, avec l'obligation d'améliorer le bien en question.

Soutien aux militants de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant