Le 5 majeur du Mondial des clubs

le
0

En laissant volontairement de côté les joueurs du Real Madrid, sur une autre planète que leurs challengers, petit coup de projecteur sur 5 joueurs ayant marqué l'édition 2014.

  • 1- Ryan de Vries (Auckland) L'ailier sud-africain est LA révélation du tournoi. Le parcours d'Auckland City, simple faire-valoir sur le papier, mais passé à un cheveu de la finale du Mondial des clubs, doit beaucoup au numéro 10 de Cape Town. Ses dribbles ont porté son équipe à bout de bras, surtout durant les 2 prolongations en barrage et en demi-finale. Face à Tétouan, il a maintenu le bloc kiwi le plus haut possible en dézonant et en multipliant les appels, et a donné à l'Argentin Tade deux balles de but sur un plateau. Auckland ayant été plus offensif les matchs suivants, celui qui a été nommé joueur de l'année en Nouvelle-Zélande en 2010 s'est régalé : Sétif a été obligé par moments de mettre 2 joueurs sur lui, et il a été à l'origine du but face à San Lorenzo.

  • 2- Mauro Matos (San Lorenzo) Le vieux routier de 32 ans a enchaîné les combats et les matchs âpres dans les bas-fonds du championnat argentin et en seconde division. Arrivé sur la pointe des pieds dans l'effectif du Ciclón cette année, Matos a fait ce qu'il sait faire de mieux : se battre, attendre son heure, et frapper très fort au moment où on lui donne sa chance. Son but au début de la prolongation face à Auckland, qui propulse San Lorenzo en finale, est à l'image du pion inscrit en finale aller de la Copa Libertadores à Asunción : un placement rusé d'attaquant de surface et le geste juste au bon moment. Grâce à lui, le rêve de gloire des Azulgranas est toujours vivant.


  • 3- John Irving (Auckland) Le deuxième prénom de ce jeune Anglais de 25 ans est Goodison, héritage de la passion familiale pour le club d'Everton et Goodison Park. Le rêve ultime de débuter un match avec les Toffees a tourné court en 2009 : Irving, pourtant nommé meilleur joueur de la réserve deux ans d'affilée et malgré quelques sélections avec les U16 anglais, est libéré par le club sans avoir joué une seule minute en équipe première. Il choisit alors l'exil : le Pays de Galles, puis la D2 régionale néo-zélandaise à Ngaruawahia. Repéré par Auckland en 2013, il enchaîne les...






  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant