Le 4e trimestre de Citigroup plombé par des charges

le
0
DES CHARGES PÈSENT SUR LE BÉNÉFICE DE CITIGROUP AU 4E TRIMESTRE
DES CHARGES PÈSENT SUR LE BÉNÉFICE DE CITIGROUP AU 4E TRIMESTRE

par David Henry

NEW YORK (Reuters) - Citigroup a publié jeudi un bénéfice trimestriel grevé par 2,32 milliards de dollars de charges exceptionnelles liées à des licenciements et des poursuites judiciaires et prévenu qu'elle aurait besoin de temps pour faire face aux défis auxquels elle est confrontée.

A l'occasion de la première publication de résultats depuis l'entrée en fonctions de son nouveau directeur général, Michael Corbat, la banque américaine a annoncé au titre du quatrième trimestre un bénéfice net en hausse à 1,2 milliard de dollars (900 millions d'euros), soit 38 cents par action.

En dépit des charges, ce résultat net est en hausse par rapport à celui de 956 millions de dollars (0,31 dollar/action) enregistré sur les trois derniers mois de 2011, grâce notamment à un rebond des revenus tirés des activités obligataires.

Mais ce bénéfice est nettement en-deçà des attentes des analystes financiers et, à 16h25 GMT, le titre Citigroup cédait 2,78% à 41,30 dollars alors que l'indice bancaire KBW avançait de 0,11%.

L'action de l'autre grande banque américaine à avoir publié des résultats ce jeudi, Bank of America, était également en repli, de 3,31% à 11,39 dollars, plombée par l'annonce d'une chute de son bénéfice après de nouvelles charges exceptionnelles.

Le contraste est saisissant avec JPMorgan Chase et Goldman Sachs, qui ont toutes deux publié cette semaine des performances nettement supérieures aux attentes.

Après avoir nettement progressé mercredi, les actions JPMorgan et Goldman reculaient de respectivement 0,66% et 0,94%.

ENVIRONNEMENT DIFFICILE

"Notre résultat net reflète un environnement qui reste difficile", a déclaré Michael Corbat, nommé à la tête du groupe mi-octobre après l'éviction de Vikram Pandit. "Il faudra un certain temps pour surmonter les défis posés par l'environnement actuel."

Parmi ces défis, Michael Corbat a notamment cité une concurrence accrue, des questions de régulation ainsi que des problèmes remontant à la crise financière de 2007-2009.

Au chapitre des bonnes nouvelles, les résultats trimestriels montrent une hausse de 58% des revenus des activités de taux fixes, qui permet à la division Titres du groupe de renouer avec la rentabilité.

Les revenus globaux ajustés du groupe affichent une croissance de 8% tandis que les dépenses d'exploitation sont restées stables.

Hors éléments exceptionnels, le bénéfice par action est ressorti à 0,69 dollar alors que les analystes financiers avaient anticipé 0,96 dollar selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

Les charges liées aux poursuites judiciaires ont représenté 1,29 milliard de dollars, soit 0,27 dollar par action, sur octobre-décembre et celles liées aux licenciements 1,03 milliard (0,21 dollar/action).

Au cours de clôture de mercredi, l'action Citigroup affichait un gain de 16% depuis l'entrée en fonction de Michael Corbat, alors que l'indice bancaire KBW a enregistré une progression de 6% sur la même période.

Juliette Rouillon et Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant