« Le 13 Novembre restera le symbole de l'horreur absolue »

le
0
« Le 13 Novembre restera le symbole de l'horreur absolue »
« Le 13 Novembre restera le symbole de l'horreur absolue »

C'est une étude inédite sur le 13 Novembre que codirige depuis bientôt un an l'historien Denis Peschanski, au côté du neuropsychologue Francis Eustache. Un vaste programme coordonné par le CNRS et l'Inserm, dont « le Parisien » - « Aujourd'hui en France » est partenaire. Il mêle plusieurs disciplines et va consister -- entre autres -- à recueillir sur une dizaine d'années le témoignage filmé d'un millier de personnes touchées à divers degrés par les attaques terroristes de Paris et Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), pour scruter la mémoire individuelle et collective des attentats. A cette ampleur, c'est une première mondiale.

 

A la veille des commémorations, où en êtes-vous de votre travail ?

DENIS PESCHANSKI. Nous nous étions fixé pour objectif d'interviewer 1 000 personnes. Nous pensions que cela était totalement utopique. Au final, nous en sommes déjà à 920 !

 

Qui sont ces volontaires ?

Nous avons établi quatre cercles. Le premier est constitué de survivants, de familles endeuillées, d'intervenants extérieurs (pompiers, policiers...) ; le deuxième se compose de résidants des trois arrondissements parisiens touchés et de Saint-Denis ; le troisième du reste de la métropole parisienne ; le quatrième, enfin, des habitants de trois villes éloignées : Caen (Calvados), Metz (Moselle) et Montpellier (Hérault). Sur nos 920 témoins, 450 appartiennent au premier cercle, ce qui est énorme.

 

Comment êtes-vous parvenus à les convaincre de participer à l'étude ?

Nous avons bénéficié du soutien total des associations de victimes. Elles ont compris l'intérêt scientifique de la démarche. Nous nous sommes par ailleurs engagés à une confidentialité très stricte. Un autre aspect important a été le suivi. Les participants ne seront pas interrogés une fois mais à quatre reprises pendant dix ans : maintenant, en 2018, 2021 et 2026. Notre but est de comprendre comment se construit la mémoire et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant