Le 115 saturé : pas assez d'hébergements d'urgence pour les sans-abris

le
2
Le 115 saturé : pas assez d'hébergements d'urgence pour les sans-abris
Le 115 saturé : pas assez d'hébergements d'urgence pour les sans-abris

La Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale (FNARS) lance un cri d'alarme face à la pénurie de logements d'urgence. Les nombreuses demandes au 115 ne sont pas satisfaites alors que sévit une vague de froid sur tout le territoire. 

 

Le 115 de Haute-Garonne a ainsi pris la décision d'un mouvement de grève de deux heures lundi 8 décembre après-midi, comme ultime alerte face au silence gouvernemental sur la crise de l'hébergement, explique la FNARS (*). Actuellement, à Toulouse, 250 personnes sont à la rue sans solution chaque jour avec un taux de réponse négative de 95 % au 115. Dans ce département et malgré la crise, l'Etat a diminué les capacités d'accueil mobilisées cet hiver.

Mais la situation est également critique dans d'autres territoires selon la fédération. A Lille, par exemple, plus de 500 personnes restent sans solution malgré leur demande au 115. Mais aussi à Lyon, où 170 personnes en moyenne n'obtiennent pas de solution d'hébergement et enfin à Bordeaux qui enregistre que 100 personnes sont sans solution, soit 62 % de refus chaque jour au 115. La région parisienne n'est  pas en reste, le Val-d'Oise, compte plus de 200 personnes sans solution. Cette situation dramatique touche également des territoires moins urbains, jusque-là moins tendus comme l'Oise, la Charente ou encore la Saône-et-Loire.

Garantir la «non remise à la rue forcée»

«Comme chaque année, l'Etat attend une chute drastique des températures pour ouvrir des places de fortune dans des gymnases et des lieux précaires et les refermer dès que le thermomètre remonte, souligne la FNARS. Pour sortir de la gestion saisonnière de l'exclusion qui alimente une crise humanitaire sur les territoires, il est urgent que l'Etat et les collectivités locales s'engagent à ouvrir toute les places disponibles sans attendre les grands froids.»

La FNARS  demande ainsi à l'Etat de garantir ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • tropfort le vendredi 5 déc 2014 à 13:27

    S'en fout, le gros, il va se payer des chars d'assaut pour faire mumuse.

  • M940878 le vendredi 5 déc 2014 à 12:57

    Pour libérer de nombreuses places : retour au bled immédiat pour les personnes qui n'ont rien à faire sur le sol français