LDC : Résultats du premier semestre 2010-2011

le
0

Communiqué

En M€

Premier semestre 2009-2010

Premier semestre 2010-2011

Tonnages

218 858

309 263

Chiffre d’affaires

924,8

1229,7

Résultat opérationnel courant

En % du chiffre d’affaires

38,9

4,2%

47,8

3,9%

Résultat opérationnel

38,3

34,5

Résultat net part du Groupe

25,5

22,2

Capacité d’autofinancement

53,5

67,3

Le chiffre d’affaires consolidé pour le premier semestre de l’exercice 2010-2011 s’établit à 1229,7 M€ en hausse de 33,0%. Cette hausse est portée par les intégrations d’Arrivé et de Marie sur six mois : à périmètre identique, la progression ressort à 2,4% avec des volumes en hausse de 3,8%.

Volaille France :

Un semestre de croissance dans un contexte de consommation favorable

Le pôle volaille France (73,7% du chiffre d’affaires du semestre) affiche une croissance de 23,7% à 906,7 M€. Hors amont et à périmètre identique, le chiffre d’affaires progresse de 2% (+3,3 % en tonnages commercialisés). Au cours du semestre, la mise en œuvre du plan d’intégration d’Arrivé s’est poursuivie dans de bonnes conditions.

International : bonnes performances en Pologne

A l’international, le chiffre d’affaires progresse de 7,7% à 70,8 M€ (-3% à taux de change constant). Cette évolution, totalement organique, s’accompagne d’une hausse de 4,9% des tonnages commercialisés. La Pologne (85% du chiffre d’affaires du pôle) a continué à renforcer sa pénétration sur les produits de découpes et élaborés.

Traiteur :

Prise de parts de marché

Décalage dans le redressement de Marie

Avec l’intégration de Marie, le chiffre d’affaires du premier semestre est multiplié par près de deux à 252,2 M€. A périmètre identique, l’évolution est plus contrastée avec une hausse du chiffre d’affaires de 2,9% pour une hausse des volumes de 5,3%.

En ce qui concerne Marie, le semestre a été marqué par la mise en œuvre d’une stratégie volontaire de reconquête des parts de marché perdues en 2009. La mise en œuvre de cette stratégie associée à des décalages sur certains chantiers d’intégration (internalisation logistique, informatique notamment) pèse sur la rentabilité de la période. Dans ces conditions et dans un contexte de pression accrue sur les prix, le retour à l’équilibre de Marie n’interviendra pas avant 2012.

Une rentabilité opérationnelle impactée par les coûts de restructuration

En France, le pôle volaille dégage un résultat opérationnel courant de 45,2 M€ contre 34,1 M€ au premier semestre de l’année dernière intégrant la contribution d’Arrivé sur la période.

L’international affiche une rentabilité satisfaisante avec un résultat opérationnel courant de 2,8M€ représentant 4% du chiffre d’affaires du pôle.

Sur le pôle traiteur, enfin, le résultat opérationnel courant est négatif à hauteur de 0,2 M€ intégrant une perte de 3,6 M€ sur Marie.

Au total, le résultat opérationnel courant ressort à 47,8 M€.

Le résultat opérationnel, quant à lui, affiche un repli de près de 10% à 34,5 M€. Cette baisse intègre une provision de 13,3 M€ liée aux coûts de restructurations engagés dans le cadre des intégrations d’Arrivé et de Marie.

Cette baisse pèse sur l’évolution du résultat net qui ressort à 22,2 M€ contre 25,5 M€ au premier semestre 2009-2010.

Une structure financière toujours solide

A fin août, avec plus de 545 M€ de capitaux propres, une capacité d’autofinancement de 67,3 M€ et un excédent net de trésorerie de 32,1 M€, LDC consolide encore sa structure financière, lui permettant d’aborder les prochains mois avec confiance.

Vers un second semestre difficile dans un contexte de fortes hausses des matières premières

Comme annoncé dès le mois d’août, le second semestre s’inscrit dans un contexte difficile marqué par de fortes hausses des matières premières qui vont peser sur la rentabilité tant en France qu’à l’international. Dans ce contexte particulièrement difficile, des premières revalorisations tarifaires ont été obtenues auprès des clients. De nouvelles revalorisations seront nécessaires avant janvier 2011 afin de préserver l’équilibre de l’ensemble de la filière face à ces hausses de matières.

Au regard de ce changement d’environnement brutal et des coûts de restructuration des acquisitions qui devraient continuer à peser sur la rentabilité, les résultats de l’exercice sont attendus en net repli.

Dans la volaille France, l’objectif de résultat opérationnel courant est désormais fixé à environ 73 M€. L’atteinte de cet objectif est toutefois conditionnée par l’issue des nouvelles revalorisations tarifaires en cours et le maintien des prix des matières premières aux niveaux de cours actuels.

A l’international, les perspectives restent satisfaisantes avec un résultat opérationnel courant attendu de 7 M€ en progression par rapport à l’exercice 2009-2010.

Sur le pôle traiteur, le décalage du redressement de Marie dans cet environnement plus difficile pèsera sur la rentabilité des prochains mois. Dans ces conditions, une perte de l’ordre de 3 M€ est désormais attendue pour l’ensemble de l’exercice. Sur le pôle, des revalorisations tarifaires sont également indispensables.

2011-2012 : prêt à repartir de l’avant

Malgré ces perspectives contrastées à court terme, LDC dispose d’atouts forts lui permettant d’envisager un rebond dès 2011-2012 et d’étendre son déploiement européen.

Prochain rendez-vous :

Publication du chiffre d’affaires du troisième trimestre

Le 4 janvier après Bourse

CONTACTS

André Delion

Directeur Administratif et Financier

02 43 62 70 00

andre.delion@ldc.fr

Stéphane Ruiz

Directeur Associé

01 56 88 11 11

sruiz@actifin.fr

Presse

Adèle Kouchnir

01 56 88 11 29

akouchnir@actifin.fr

Investisseurs

Alexandre Commerot

01 56 88 11 18

acommerot@actifin.fr


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant