LCI réduit drastiquement la voilure et change de format

le
1

* L'avenir de LCI menacé depuis le refus de son passage en clair * TF1 va attaquer en référé la décision du CSA au Conseil d'Etat * Présente un projet alternatif réduisant de 60% les effectifs * Une offre payante de contenus destinée à tous les supports * LCI n'est pas à vendre, a dit le PDG de TF1 selon les syndicats (Actualisé avec réaction de Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse §14-15) par Gwénaëlle Barzic PARIS, 23 septembre (Reuters) - TF1 TFFP.PA a dévoilé mardi un projet de lourde restructuration de sa chaîne d'information en continu LCI qui cesserait d'exister dans sa forme actuelle et perdrait 60% de ses effectifs après le refus du CSA d'autoriser son passage en gratuit. Le groupe de télévision défend toujours la transformation de LCI en chaîne gratuite et va déposer à cette fin un recours en référé devant le Conseil d'Etat pour faire annuler la décision rendue fin juillet par le Conseil supérieur de l'audiovisuel. Mais si elle ne parvient pas à ses fins, la filiale de Bouygues BOUY.PA a prévu un scénario alternatif qui ferait de LCI une plateforme de contenus payants accessibles sur tous les supports avec à la clef 148 suppressions de postes sur un total de 247. Ces annonces, qui ont été présentées aux représentants du personnel dans la matinée lors de réunions avec les différentes entités du groupe, ont été accueillies avec "sidération" par les salariés, selon Emmanuel Raoul, délégué du SNJ-CGT de LCI. "C'est inacceptable pour nous aussi bien au niveau éditorial qu'au niveau de la préservation des emplois. Cela marque la fin de LCI en tant que chaîne d'information en continu pour un produit dont la distribution n'est pour l'instant pas actée", a-t-il expliqué à Reuters. Dans une déclaration aux salariés que Reuters a pu consulter, le PDG de TF1 Nonce Paolini explique vouloir faire de LCI "un média d'un genre nouveau", très différent de l'offre d'information actuelle. "SABORDAGE" Le nouveau LCI, dont les contours restent encore flous, conserverait une offre à la télévision avec plusieurs heures de programmes inédits et des flash d'informations mais son traitement de l'actualité "à chaud" et en direct serait drastiquement réduit. La chaîne souhaite en revanche développer la production de contenus payants qui seraient accessibles à la demande sur les tablettes, les smartphones, les ordinateurs et les télévisions. LCI renoncerait ainsi à concurrencer frontalement ses rivales du gratuit BFM (groupe NextRadioTV NXTV.PA ) et iTélé (groupe Canal+) face auxquelles elle n'a cessé de perdre du terrain ces dernières années, affichant une audience confidentielle et des pertes financières. La nouvelle chaîne fonctionnerait avec un effectif sensiblement réduit, TF1 ayant annoncé 58 suppressions de postes à LCI, 81 à TF1 et neuf à e-TF1 (la filiale numérique du groupe). TF1 a précisé qu'il mettrait en oeuvre des reclassements et un plan de départs volontaires pour limiter les licenciements. Pour certains salariés, le groupe s'apprête ainsi à "saborder" la chaîne alors même qu'il avait reçu plusieurs marques d'intérêt, notamment de la part du trio d'actionnaires du Monde et du groupe Le Figaro. Selon des syndicats, Nonce Paolini a réaffirmé que la chaîne n'était pas à vendre et opposé une nouvelle fin de non-recevoir à la proposition de rachat de Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse, les propriétaires du Monde. Dans un courrier électronique, le trio "BNP" dit n'avoir pas obtenu de réponse à sa proposition. "Compte tenu des enjeux sociaux, il est regrettable qu'aucun échange d'aucune sorte n'ait pu avoir lieu avec le groupe TF1", écrivent les trois hommes, ajoutant qu'ils sont "à la pleine disposition du groupe TF1, des salariés de LCI et du CSA pour en discuter." Quant au Figaro, il pourrait devenir un partenaire en souscrivant à l'offre de contenus du nouveau LCI mais un accord capitalistique ne semble pas en vue. Voir aussi : Le communiqué : http://bit.ly/1x6IBYw France-TF1 présentera ses scénarios pour LCI mardi prochain ID:nL6N0RJ2V1 TF1-LCI menacé d'arrêt à compter de début 2015 après le CSA ID:nWEB00QHQ Le CSA refuse d'élargir l'offre de chaînes gratuites ID:nL6N0Q441C (Edité par Jean-Michel Bélot)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • v.sasoon le mardi 23 sept 2014 à 15:29

    A force de mentir ils perdent crédibilité et client.Presstitutes et mass merdia devraient se mettre en question au lieu de n etre que le relais ee la voix de Washington.