Lazio, l'été de tous les dangers

le
0
Lazio, l'été de tous les dangers
Lazio, l'été de tous les dangers

Alors que la plupart des grosses cylindrées italiennes surfent sur l'enthousiasme d'un nouveau projet, la Lazio passe un été difficile et ce barrage contre le Bayer décidera probablement de la tournure de sa prochaine saison.

40 millions d'euros, c'est le montant auquel la Lazio peut renoncer en loupant la qualification pour la phase de groupes de la Champions League. Et l'éventuel reversement en Europa League ne recouvrirait que partiellement le manque à gagner. Il faudra aussi éviter de jeter un œil sur les statistiques, puisque depuis la réforme des barrages made in Platini, les clubs italiens n'ont passé cet obstacle que deux fois sur six. Il s'agissait de la Fiorentina en 2009 et du Milan en 2013, tandis que l'Udinese par deux fois, le Napoli et la Sampdoria échouèrent tour à tour, pour bien souvent complètement s'écrouler les mois suivants. Attention danger.

Cinq revers d'affilé, série en cours


On a beau répéter que prendre en compte les résultats des matchs amicaux estivaux risque de fausser tout jugement, difficile de ne pas s'inquiéter pour la Lazio. En stage comme chaque été à Auronzo di Cadore, les biancocelesti ont d'abord infligé deux volées à des équipes de niveau district, mais ont ensuite enchaîné sur quatre revers. Et contrairement aux autres clubs italiens, ils n'ont pas affronté le gratin européen. Non, il y a eu Vicenza club de Serie B (0-1), Anderlecht (1-3), le Sigma Olomouc tout juste revenu en D1 tchèque (1-3) et Mayence (0-3).

Les certitudes acquises lors de l'excellente dernière saison ont pris du plomb dans l'aile. Et un aigle touché dans cette partie du corps, ça donne un rapace inoffensif. C'est bien simple, lors de la Supercoupe d'Italie, les Laziali n'ont pas existé, Buffon passant une soirée des plus tranquilles. Une Juventus elle aussi convalescente n'a eu besoin de mettre qu'un petit coup d'accélérateur aux alentours de l'heure de jeu pour se débarrasser de son adversaire du soir, transformé en vulgaire sparring-partner.

Mercato en sourdine


Et pourtant, la Lazio avait fait le plus dur cet été, c'est-à-dire conserver ses éléments les plus prisés. Pas simple, quand on est un club aux disponibilités économiques finalement assez limitées. Felipe Anderson est encore là avec un nouveau numéro 10 sur les épaules, Candreva aussi, Marchetti et Radu ont prolongé. Mieux, l'effectif a enfin été dégraissé avec le départ de nombreux remplaçants superflus tels Perea, Pereirinha, Cavanda, Novaretti ou encore Ciani. Toutefois, cela risque d'être léger pour confirmer sa place dans le Top 3 italien.

En effet, les clubs milanais…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant