Lavillenie, autoportrait d'un perché

le , mis à jour à 07:00
0
Lavillenie, autoportrait d'un perché
Lavillenie, autoportrait d'un perché

C'est un pari osé, presque fou, à la hauteur des rêves de Renaud Lavillenie. Dans l'histoire de la perche mondiale, seul l'Américain Bob Richards est parvenu à conserver son titre olympique (1952 et 1956). C'était il y a tout juste soixante ans, une éternité, ou presque. Avant d'affronter le Brésilien Da Silva, l'Américain Kendricks et le Canadien Barber, le perchiste de 29 ans s'est longuement confié.

Une enfance modeste du côté de Cognac

« J'ai eu une enfance normale. Mes parents avaient une situation sociale un peu délicate parfois, on ne roulait pas sur l'or. J'avais le sens de la vraie valeur des choses. J'ai toujours beaucoup aidé mon père, que ce soit dans les travaux de la maison ou pour son travail dans le milieu des chevaux. A l'époque, j'allais au collège. Certains matins, avant les cours, j'allais les nourrir. Je donnais des coups de main lorsqu'il fallait réparer la clôture du champ. Je ne faisais pas de caprices pour réclamer des choses, et rien ne tombait du ciel.

» Ma première mobylette pour aller au lycée a été un joli cadeau d'anniversaire. J'ai bossé tout un été pour me payer mon permis. Mon arrière-grand-mère, elle, me répétait souvent : Tout travail mérite salaire. Elle ne pouvait pas concevoir que je vienne entretenir son jardin uniquement par plaisir. Il fallait que je reparte avec un petit billet.

» La perche a vite occupé ma vie. Une légende veut que j'aie commencé par la voltige, mais c'est faux : la voltige, j'ai dû en faire dix fois. C'est mon père, un peu casse-cou, qui était un mordu. On avait des chevaux à la maison, alors on s'amusait. Ma véritable histoire sportive a commencé à 7 ans par la perche avec mon père. J'ai arrêté à 10 ans lorsqu'on a déménagé dans les Landes. Mon père avait un centre équestre, mais spécialisé dans la balade à cheval. Moi, je faisais du basket. Dès le lendemain de notre retour à Cognac, en 2001, j'ai foncé au stade reprendre la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant