Lavezzi officiellement transféré en Chine

le
0

S'il n'a jamais été un joueur incontournable sur le terrain en trois saisons et demi passées au PSG, Ezequiel Lavezzi a parfois apporté au club de la Capitale une fraîcheur qui risque de manquer, l'Argentin ayant fait le choix de poursuivre sa carrière en Chine.

Ezequiel Lavezzi a décidé de s’envoler pour la Chine et pour le Hebei China Fortune. Après trois saisons et demi passées au Paris Saint-Germain, « El Pocho » plie bagages et emmène avec lui sa fantaisie et son sourire à l’autre bout du monde. Non, l’Argentin ne sera jamais une légende du PSG. Zlatan Ibrahimovic, Thiago Silva ou encore Marco Verratti, tous arrivés en même temps que l’ancien Napolitain, resteront dans l’histoire du club de la Capitale. Pas Lavezzi. L’explication est assez simple. S’il a participé à tous les titres parisiens avec Carlo Ancelotti ou Laurent Blanc comme entraîneur, l’international argentin ne fut un titulaire en puissance que pour sa première saison. Et sur le terrain, c’est par fulgurance qu’il a fait parler de lui, manquant constamment de régularité avec des statistiques loin de celles des meilleurs joueurs parisiens.

Thiriez et le cameraman de Canal+ s’en souviendront…

Mais dans le vestiaire de stars du PSG, Ezequiel Lavezzi fut sans doute indispensable à la progression fulgurante du club parisien. Très apprécié de Zlatan Ibrahimovic, qui avait confié en décembre dernier qu’il avait « besoin de Lavezzi à Paris », celui qui est aussi un ami de Lionel Messi savait apporter cette touche d’humour et de jovialité qui donnait plus d’humanité au triple champion de France en titre. Outre ses farces à répétition visant Frédéric Thiriez, son souffre-douleur préféré lors des remises de trophée, « El Pocho » avait amusé tous les téléspectateurs de Canal+ en faisant tomber un cameraman de la chaîne cryptée à la fin du Clasico 2013-14, au stade Vélodrome. Sur le coup, la cible de Lavezzi n’avait pas franchement rigolé. Mais dans la générosité non-feinte qui le caractérise, l’ancien joueur de Naples avait offert son maillot à sa victime quand il avait compris qu’il était sans doute allé un peu loin, une semaine plus tard après la victoire contre Bastia.

Toujours le sourire malgré son statut de remplaçant

Ezequiel Lavezzi, c’est aussi ça. Un amateur des nuits parisiennes, qui a parfois eu le tort de privilégier la fête au football. Comme lors de cette soirée arrosée pendant laquelle il s’est laissé piéger, pris en photo en string par un mannequin argentin qui a ensuite publié les clichés sur les réseaux sociaux. En zone mixte après les matchs du PSG, « El Pocho » ne s’arrêtait jamais. Mais à chaque fois, avec l’allure qui le caractérise, le natif de Santa Fe arborait un grand sourire et saluait les journalistes dans un français hésitant. Sur le banc de touche, combien de fois a-t-on pu apercevoir le joueur pris dans un fou rire ? A 30 ans, l’Argentin a compris qu’il était arrivé au bout de son histoire avec le Paris Saint-Germain, où ses apparitions se résumaient à des entrées en fin de match. Alors il a décidé de s’offrir un dernier contrat en or. Le plus gros de sa carrière, en Chine. Sur le terrain, le PSG saura s’en passer. Mais en coulisses, sa jovialité et son sourire manqueront au club de la Capitale.OFFICIAL: Hebei China Fortune have completed the signing of Argentine forward Ezequiel Lavezzi (31) from PSG.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant