Lavazza et Strauss intéressés par les cafés L'Or et Grand'Mère

le
0
L'ITALIEN LAVAZZA ET L'ISRAÉLIEN STRAUSS INTÉRESSÉS PAR LES CAFÉS L'OR ET GRAND'MÈRE
L'ITALIEN LAVAZZA ET L'ISRAÉLIEN STRAUSS INTÉRESSÉS PAR LES CAFÉS L'OR ET GRAND'MÈRE

LONDRES (Reuters) - L'italien Lavazza et l'israélien Strauss Group ont fait appel aux services de banques conseil en vue de soumettre chacun une offre sur des marques françaises de café qui pourraient être mises en vente dès le début de l'année prochaine, ont dit vendredi plusieurs sources proches du dossier.

Ces deux marques -L'Or et Grand'Mère- devraient être cédées afin de faciliter le rapprochement programmé entre les activités café de l'américain Mondelez International et du néerlandais D.E Master Blenders 1753.

Les deux groupes ont annoncé en mai leur volonté de rapprocher leurs cafés en vue de créer un groupe dont le chiffre d'affaires annuel cumulé dépassera sept milliards de dollars (5,5 milliards d'euros).

Lavazza travaille avec JP Morgan sur une offre qui pourrait être lancée en novembre tandis que Strauss a demandé à Rothschild de plancher sur le dossier.

Les deux fabricants de café devront affronter la concurrence de quatre fonds d'investissement -BC Partners, Cinven, Clayton Dubilier & Race et PAI Partners- qui entendent finaliser des propositions après des discussions préliminaires avec les vendeurs.

Ensemble, les deux marques pourraient être vendues pour un total compris entre 450 et 500 millions d'euros. Elles dégagent un résultat brut d'exploitation annuel de quelque 55 millions d'euros, ont ajouté les sources.

Aucun des protagonistes cités n'a voulu commenter l'information.

Les ventes mondiales de paquets de café devraient atteindre un total de 94 milliards de dollars en 2018, selon Euromonitor International, contre quelque 84 milliards cette année.

Nestle est le numéro un mondial de ce marché, suivi de Mondelez et de D.E Master Blanders.

Plus tôt dans l'année, l'administrateur délégué de Lavazza, numéro sept mondial du secteur par les ventes, avait dit à Reuters que le groupe voulait augmenter son chiffre d'affaires de près de 50% au cours de la prochaine décennie, afin de ne pas devenir une proie pour un concurrent plus gros.

Lavazza, entreprise familiale fondée en 1895, est le numéro un du café en Italie avec un chiffre d'affaires 2013 de 1,34 milliard d'euros.

Strauss Capital a une forte présence en Israël et au Brésil ainsi que de bonnes positions en Europe centrale et en Europe de l'Est.

(Pamela Barbaglia et Martinne Geller, Benoit Van Overstraeten pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant