Laurent Travers : « Tout le groupe est concerné »

le
0

Laurent Travers et Laurent Labit veulent impliquer tout leur groupe. A une semaine d’une finale historique contre les Saracens à Lyon, les joueurs du Racing 92 se déplacent à Brive avec un effectif largement remanié.

Laurent Travers, il y a dans votre groupe beaucoup de jeunes joueurs, le but est de faire tourner face à Brive ? Non, le but est d’aller à Brive, de faire le meilleur match possible, c’est ça le mot d’ordre. Il y aura bien vingt-trois joueurs sur la feuille de match. Vous vous rendez à Brive avec le plein de confiance après les derniers résultats ... Non, comme je vous l’ai dit on a un choix. Il y a un match à Brive qui est important et derrière une rencontre qui est très importante donc la priorité pour moi est de faire le meilleur match possible et de faire honneur au club et à l’ensemble de ce qui a été fait depuis le début de la saison. Il y a donc des joueurs qui ont la possibilité de se montrer. Donc oui, il y a pas mal de jeunes joueurs qui vont pouvoir prendre de l’expérience et c’est ce qu’on voulait aussi. Pouvoir acquérir de la maturité et pouvoir s’exprimer sur ce match. On sait très bien que d’aller à Brive c’est compliqué. C’est une belle équipe qui joue encore une place dans les sept donc c’est un beau challenge pour ces joueurs mais on sait qu’on a une grosse équipe en face. On arrive à se concentrer sur le championnat quand on a une finale à jouer ? Non c’est vrai que la semaine dernière (victoire contre Clermont), on était tellement concentré sur la Coupe d’Europe qu’on n’a pas pensé au championnat (rires). Êtes-vous rassuré sur la densité de votre groupe et qu’il soit concerné ? Je crois que c’est plus que concerné, c’est encore plus fort. On a senti un groupe très impliqué, les jeunes ou l’ensemble du club. Ce match va leur montrer leur niveau, les points à améliorer. Avec Laurent (Labit, ndlr) et le reste du staff, on pense que c’est un beau challenge. Après on ne va pas leur mettre plus de pression. La seule pression c’est de faire le meilleur match possible. Plus que jamais la Champions Cup booste votre saison ? Là, il n’en reste qu’un en Champions Cup. Cela booste et le fait que ça soit la finale ça booste encore plus. Bien sûr, tout le monde a envie de la jouer, ça serait difficile de le voir autrement. Après il est important qu’on manage notre groupe et de faire en sorte que ce soit tout un club qui soit champion si on l’est. Certains auront permis à d’autres de se ressourcer, à nous faire gagner des matchs. Des joueurs auront été à la demi-finale et ne seront pas à la finale. Ce ne sont pas les vingt-trois de la finale qui seront champions, c’est tout un club.

« Ce n’est plus le même rugby »

L’année dernière, vous regrettiez de ne pas avoir fait souffler assez vos cadres ... Je ne sais pas si on est rassuré. Ce qu’il y a de sûr, c’est qu’on voit que tout le monde est impliqué, que le temps de jeu est réparti, qu’il y a de la fraîcheur et les résultats y sont pour beaucoup. On avait fait le point en fin de la saison dernière afin de savoir pourquoi il y a eu toutes ses défaites en fin de championnat. Et il fallait trouver des réponses afin de remédier à ces erreurs, si erreur il y a eu. Pour vous personnellement, aller à Brive avant la Coupe d’Europe, c’est un peu un pèlerinage ? Je suis très heureux de retrouver mes terres où j’ai acquis un titre de champion d’Europe avec les copains (1997, ndlr) et mon club où j’ai réussi à jouer et à construire ce que je suis. C’est grâce à Brive que j’en suis là aujourd’hui. Et puis, ça sera le jour de l’inauguration du stade Jean Marie Soubira donc c’est important d’être là-bas. On sait que le rugby a évolué, mais est-ce que dans la préparation d’une finale on retrouve certaines choses d'avant ? Bien sûr que ça a changé avec l’expérience des joueurs, des entraîneurs, il y a pas mal de choses qui ont évolué même si on retrouve certains rituels. Mais on n’aborde plus du tout une finale de la même façon qu’il y a vingt ans. Ce n’est plus le même rugby. Comment vont Henry Chavancy et Casey Laulala qui ne sont pas retenus ? On sentait qu’il leur fallait une semaine de plus de préparation pour être en état de postuler pour la finale. Donc on fera l’état des lieux après le match de Brive et juste après la semaine d’entraînement pour constituer le groupe qui sera en mesure de faire ce qu’il faut pour remporter une finale. Et je mets Dimitri Szarzewski dans ce trio. Le retour de Marc Andreu, c’est une satisfaction? Je ne sais pas s’il y a injustice, en tout cas il y a eu justice. A l’audition, ils ont estimé que c’était trois semaines dont deux avec sursis donc on est forcément heureux qu’il puisse jouer et qu’il y ait eu justice.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant