Laurent Travers : " Quand on pense que c'est acquis, on tombe "

le
0
Laurent Travers : " Quand on pense que c'est acquis, on tombe "
Laurent Travers : " Quand on pense que c'est acquis, on tombe "

Alors que le Racing 92 a terminé l'année 2015 en trombe avec, notamment, une victoire à Clermont dimanche, Laurent Travers ne veut rien prendre pour acquis et entend gérer le groupe francilien au mieux pour rester performant jusqu'au bout de la saison.

Laurent Travers, six victoires consécutives pour le Racing 92 en cette fin d’année, c’est quand même quelque chose d’agréable ?
On va espérer que l’année 2016 débute bien aussi. C’est vrai qu’il y a eu deux défaites en quatorze matchs disputés donc on est très heureux de ce que ça a pu donner sur le début de saison. C’est vrai qu’il a manqué le bonus sur certains matchs, comme certains ont pu le dire. Mais sous-entendre qu’il n’y avait pas de jeu, c’est possible mais on est à quatorze matchs et deux défaites.

Etes-vous satisfait de la prestation offensive de votre équipe face à Clermont dimanche ?
On a gagné avec cinq points aux Scarlets aussi. On sent que quand le groupe est en confiance, il ose beaucoup plus et ce qui est important, c’est qu’on continue à travailler sur le côté offensif. C’est le degré sur lequel on doit être capables de s’améliorer, tout le monde en était conscient. Pour pouvoir mettre du jeu en place, il faut avoir une bonne conquête, c’est ce que j’ai toujours dit. Et c’est aussi grâce à une défense qu’on gagne un championnat ou qu’on gagne un titre.

Pour l’emporter à Clermont, est-ce que vous vous êtes inspirés du match que Bordeaux-Bègles a pu faire là-bas ?
On n’a pas tenu compte de ce qu’ont pu faire les autres équipes. Ce dont on a tenu compte, c’est ce qu’on était capables de mettre en place, ce qu’on voulait mettre en place. On peut penser qu’on faisait tourner, ce n’est jamais dans notre façon de faire, où qu’on ait pu entraîner et ça continue avec le Racing 92.

Pas d’enflammade au Racing

Gagner à la fois à Toulon et à Clermont est quelque chose d’assez rare. Est-ce que ça fait de vous des candidats déclarés au titre ?
Pour jouer un titre, il faut se qualifier. Et on n’est pas encore qualifiés. C’est ce que j’ai dit et ce qu’on a dit aux joueurs de la même façon. Ce qu’il y a de sûr, c’est qu’il y a 26 matchs et on verra au bout des 26 rencontres. Il est hors de question, comme après la défaite face à Agen ou face à Castres, où tout le monde disait que ça repartait, qu’on nous mettait en bas et, maintenant, il ne faut pas nous mettre en haut. On n’est rien d’autre, on a gagné une rencontre à Clermont qui est très importante, et on en est conscients, et on espère qu’elle va maintenir le groupe en confiance. On est aussi conscients qu’il y a quinze rencontres derrière.

Un mot sur les retours en sélection de Maxime Machenaud et Wenceslas Lauret...
On est performants collectivement donc, si le collectif est fort, l’individu est fort. Et si l’individu est fort, automatiquement, c’est normal que les joueurs se fassent remarquer. Si le club réussit, c’est plus facile d’être devant et d’être en haut de l’affiche quand l’équipe est performante.

Avec seulement deux défaites cette saison, vous devez quand même avoir pas mal de certitudes ?
Le sport n’est pas une science exacte, et heureusement ! C’est ce qui fait sa beauté. Bien sûr qu’on est en confiance, mais on l’a toujours été. On savait très bien où on voulait aller, on sait très bien où on veut aller, les joueurs savent très bien ce que l’on veut, et ainsi de suite. Mais, après, on sait que dans le sport, tout est fragile. Donc, faisons en sorte d’être vigilants, de continuer à travailler, de croire en nous mais, aussi, de ne pas penser que c’est acquis. Quand on pense que c’est acquis, on tombe.

Les performances du club aident les joueurs

En vue du match de samedi, il y a des petits changements de dernière minute comme Camille Chat...
Il est important que tout le monde puisse manger du gâteau. Mais ce qui est important, c’est que Camille a eu un hématome, une contusion, sur un genou et il est important de ne pas aller jusqu’au point de rupture et qu’on puisse travailler correctement sachant qu’il s’est entraîné et qu’il pourrait être apte mais il est important qu’on puisse faire reposer certains pour que les organismes soient frais pour aborder les matchs à venir. Il n’y a pas de week-end de repos pour qui que ce soit. Autant certaines équipes ont la possibilité de mettre au repos, ce n’est pas le cas pour tout et on est obligés de gérer notre effectif.

Pouvez-vous nous donner des nouvelles de Teddy Thomas ?
Il va bien, très bien. Contrairement à ce qui peut être dit, il fait le maximum pour revenir. Il y a une émulation dans le groupe et dans l’ensemble du club. Tout le monde a envie de revenir vite et de participer. C’est ensuite à nous de gérer de façon à ce que pour son retour, par rapport à ce qui a pu se dérouler au niveau de sa santé, il est important qu’on puisse l’accompagner dans ce sens-là. On ne fera pas un retour prématuré parce qu’il est important qu’il puisse retrouver toutes ses sensations et tous ses moyens et que d’ici quinze jours-trois semaines, il puisse réintégrer le groupe et l’équipe sur le terrain.

On dit toujours qu’Henry Chavancy mériterait une sélection. Il a marqué trois essais en un mois...
Je le dis toujours. Après, ce n’est pas dans un but de vanter nos joueurs. Que ça soit Eddy Ben Arous, Wenceslas Lauret quand on voit son début de saison, quand on voit tout ce qu’a pu faire Maxime Machenaud, ce n’est même pas une récompense, c’est logique. Qu’Henry continue comme ça, s’il mérite la sélection, ça viendra tout seul. Mais c’est aussi grâce aux performances d’Henry et aux performances du club qu’il aura la possibilité de peut-être connaître une sélection. Ce n’est pas le cas, ça sera peut-être demain. Si ça n’est pas aujourd’hui, qu’il continue. Ça, c’est le haut niveau, et le très haut niveau ne pardonne rien donc il ne faut pas lâcher. A lui de faire ce qu’il faut pour que les gens continuent de le remarquer, que les sélectionneurs continuent à le regarder. On va tout faire pour l’aider.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant