Laurent Tillie fait le bilan après le premier tour de l'Euro

le
0
Laurent Tillie fait le bilan après le premier tour de l'Euro
Laurent Tillie fait le bilan après le premier tour de l'Euro

Pourquoi avez-vous changé presque toute l'équipe après le gain du deuxième set et de la qualification pour les quarts, contre la Turquie ? Je voulais changer avant même la fin du deuxième set, car je n'étais pas satisfait de certains joueurs. Mais j'ai senti qu'il fallait laisser l'équipe sous pression. Une fois la qualification acquise, j'ai souhaité donner l'opportunité aux remplaçants de montrer ce qu'ils savent faire. Il n'est jamais facile d'entrer ainsi en cours de partie, surtout dans un match comme celui-là. Mais ils ont terminé le travail. Au cours des trois rencontres du premier tour, quel a été selon vous le plus grand motif de satisfaction ? Le mental de ces joueurs et de cette équipe. Ils m'ont épaté. Face à la Pologne, ils ont su rester patients, malgré l'ambiance. Mentalement, leur performance a été énorme. Et dans le jeu ? Le block défense a été très satisfaisant. Il a été propre et agressif. A la passe, Benjamin Toniutti a su équilibrer le jeu, alternant les deux côtés, pour servir Antonin Rouzier et Earvin Ngapeth. Au service, nous sommes à notre niveau, dans nos standards, avec un équilibre intéressant entre flottant et smashé. Et notre point fort reste la défense et le soutien. A l'inverse, dans quel secteur l'équipe vous semble-t-elle encore perfectible ? A la réception. Nous pouvons encore mieux réceptionner. Mais dans cette équipe, tout le monde est sur la même longueur d'onde. Nous sommes « connectés ». Physiquement, dans quel état sont les joueurs ? Ils sont cuits. Vidés physiquement et mentalement. Mais c'est normal. Les trois matchs ont été difficiles. Face à la Pologne, notamment, les joueurs ont dépensé beaucoup d'énergie pour ramener les ballons, les uns après les autres, et pour construire les points. Une telle débauche d'énergie vous vide complètement. Quel va être le programme des deux jours précédant le match des quarts de finale ? Une première journée pour bien récupérer, surtout mentalement. Puis une deuxième, mardi, pour se remettre dedans et préparer le quart de finale. Un mot sur votre prochain adversaire ? On ne le connaît pas encore (Russie ou Slovaquie). Mais, honnêtement, on s'en fout. Nous sommes tellement contents d'être là, avec notre billet pour les quarts sans avoir à jouer un barrage, que le reste a moins d'importance.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant