Laurent Theis : "Charles Martel a massacré de nombreux chrétiens"

le
0
Soixante-dix militants se revendiquant d'un groupuscule d'extrême droite, Génération identitaire, ont envahi le chantier d'une mosquée à Poitiers en 2012.
Soixante-dix militants se revendiquant d'un groupuscule d'extrême droite, Génération identitaire, ont envahi le chantier d'une mosquée à Poitiers en 2012.

"Je suis Charlie Martel", claironnait une partie de l'extrême droite, dont Jean-Marie Le Pen, au lendemain des attentats contre Charlie Hebdo. Il suffit de taper le hashtag #jesuischarlieMartel sur Twitter, ou de se balader sur certains blogs, pour constater le succès du slogan alternatif chez les adeptes de la théorie du "grand remplacement" (du peuple français par les immigrés d'origine maghrébine) et ceux qui considèrent que l'immigration est la cause des attaques terroristes.

#JeSuisCharlieMartel #CestPasPareil pic.twitter.com/xAsoEoKkaJ- Julien Rochedy (@JLRochedy) January 8, 2015

Sur la boutique identitaire, il est même possible d'acheter des sweat-shirts barrés du slogan.

Si le duc des Francs est devenu le nouveau héros de l'extrême droite, c'est parce qu'il est considéré par elle comme le protecteur de l'Occident face aux invasions des Sarrasins musulmans, notamment pour sa victoire sur les troupes berbéro-musulmanes lors la bataille de Poitiers. Pour rafraîchir la mémoire des adeptes de l'école buissonnière, cette bataille opposa en 732 les troupes du royaume franc et du duché d'Aquitaine à celles du califat omeyyade, venues d'Espagne.

Ce n'est pas la première fois que le grand-père de Charlemagne mort en 741 se retrouve au coeur d'une polémique. En octobre 2012, environ 70 personnes se revendiquant de Génération identitaire avaient déployé une banderole sur le chantier d'une mosquée en construction de Poitiers. Sur...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant