Laurent Ournac « Prenons enfin la mesure de ce fléau »

le , mis à jour à 08:35
1
Laurent Ournac « Prenons enfin la mesure de ce fléau »
Laurent Ournac « Prenons enfin la mesure de ce fléau »

Laurent Ournac, 36 ans, animateur de « Danse avec les stars » et acteur, en tournage hier soir pour la série « Camping Paradis » lorsque nous l'avons joint, est un ancien obèse. Une gastrectomie — ablation partielle de l'estomac — en 2014, alors qu'il pesait 140 kg, lui en a fait perdre 55.

Comment réagissez-vous à la publication de ces nouveaux chiffres sur l'obésité en France ?

LAURENT OURNAC. Ça me désole terriblement. Ils rappellent que cette maladie est un réel problème de santé publique. Nos responsables n'en ont pas conscience. Prenons enfin la mesure de ce fléau. On nous interdit de rouler trop vite sur la route mais on nous vend des voitures de plus en plus puissantes. C'est pareil avec les produits alimentaires. L'industrialisation les rend plus gras, plus sucrés, plus salés alors que, dans le même temps, un marketing très perfide nous fait croire qu'ils sont bons pour la santé. Vous entrez aujourd'hui dans un fast-food et il y a des grandes affiches de carottes et de salades ! Vous pensez acheter de bonnes céréales et vous vous rendez compte qu'elles sont bourrées de composants chimiques. La « bouffe business » est tellement importante qu'il faut sans arrêt s'en méfier.

Vous auriez 15 ans aujourd'hui, deviendriez-vous obèse comme dans votre jeunesse ?

Ce serait encore pire ! Je n'avais pas d'éducation alimentaire à l'époque, mais le marketing était encore balbutiant. Je me gavais, prenais du plaisir à manger de plus en plus de « bonnes » choses qui ne l'étaient pas.

Comment avez-vous vécu cette période de votre vie ?

Mal. On entre dans un cercle vicieux. Quand vous êtes le gros, vous êtes celui, dans l'équipe de foot, à qui on ne passe jamais la balle parce que vous êtes tout de suite essoufflé, alors on arrête vite le sport. Et on se dit que, tant pis, prendre encore 5 kg supplémentaires ne se verra pas beaucoup plus...

Vous êtes aujourd'hui engagé aux côtés de la Ligue contre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9941825 il y a un mois

    On ajoute le qualificatif bon à un gros = on dit souvent un "bon gros " ------------