Laurent Neumann : cherche bulldozer, désespérément...

le
1
Au vu du nombre de parlementaires soutenant les candidatures de Bruno Le Maire et d'Hervé Marton, il se dit que Nicolas Sarkozy ne serait peut-être pas majoritaire parmi les députés et les sénateurs UMP.
Au vu du nombre de parlementaires soutenant les candidatures de Bruno Le Maire et d'Hervé Marton, il se dit que Nicolas Sarkozy ne serait peut-être pas majoritaire parmi les députés et les sénateurs UMP.

En politique, souvent, rien ne se passe comme prévu. Demandez à François Hollande s'il avait imaginé pareille rentrée politique. Et, pour faire bonne mesure, demandez donc à Nicolas Sarkozy si le déroulement de son retour à l'UMP correspond bien au scénario qu'il avait lui-même imaginé. Il voulait revenir dans le jeu au printemps 2016, et le voilà contraint de descendre dans l'arène dès l'automne 2014. Il devait revenir en sauveur et voilà que se dresse sur sa route une armée de "frondeurs" qui ferait pâlir de jalousie ceux du PS. Il devait foncer comme "un bulldozer", écraser tout sur son passage, et voilà que l'engin patine. Certes, 8,5 millions de téléspectateurs ont assisté à sa prestation sur France 2, mais ses sondages de popularité, eux, n'ont pas varié d'un iota. Encéphalogramme plat. Le Sénat, qui vient de basculer à droite, devait être le poste avancé de sa reconquête, le laboratoire de ses idées pour 2017. Patatras ! Son candidat, Jean-Pierre Raffarin, a été balayé, comme en 2008, par Gérard Larcher - que les sarkozystes appellent élégamment "le président de la buvette". Pire, son poulain pour la présidence du groupe UMP au Sénat, Roger Karoutchi, a été laminé par Bruno Retailleau, le président du conseil général de Vendée, sur lequel les bookmakers n'auraient pas parié un penny. Mauvaises nouvelles en série Les brebis égarées chez Fillon, Juppé, Bertrand ou Le Maire devaient regagner l'enclos sarkozyste...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le samedi 4 oct 2014 à 10:06

    Dans l'affaire Bygmalion "es!croque!rie en ba,nde organ:isée" le plus intéressé et celui qui en à le plus profiter nous certifie,la main sur le cœur comme Cahusac : NON JAMAIS.......