Laurent Fabius : «Le gouvernement peut et doit aider les entreprises»

le
2
Laurent Fabius : «Le gouvernement peut et doit aider les entreprises»
Laurent Fabius : «Le gouvernement peut et doit aider les entreprises»

Après vingt-quatre heures de tiraillements, le portefeuille du Commerce extérieur, censé aider les exportateurs et promouvoir les investissements étrangers en France, est revenu jeudi soir au Quai d'Orsay, qui a emporté le morceau au détriment du nouveau ministre de l'Economie, Arnaud Montebourg. Pour la première fois, Laurent Fabius s'exprime sur ce rattachement inédit, qui met le ministre des Affaires étrangères à la tête d'un grand pôle international défendant tous les intérêts de la France.

Lors du dernier remaniement, vous avez hérité, en plus des Affaires étrangères, du Développement international. Qu'est-ce que cela recouvre exactement ?

Laurent Fabius. Le Quai d'Orsay aura compétence pour la diplomatie en général, ainsi que pour les affaires européennes, le développement, les Français de l'étranger, la francophonie. En plus, le commerce extérieur et le tourisme en relèveront désormais. Cela permettra d'unifier l'action extérieure de l'Etat sous une même autorité. Le but est l'efficacité et la cohérence, au service notamment du redressement économique, priorité du gouvernement.

Mais jusqu'à présent le commerce extérieur était rattaché à Bercy...

Nous travaillerons, bien sûr, avec le ministère de l'Economie. La dualité des réseaux -- Bercy-Quai d'Orsay -- a été souvent critiquée dans le passé, comme source de difficultés. On ne peut pas parler à longueur de temps de simplification et ne pas réaliser les réformes en ce sens. D'ailleurs, plusieurs de mes prédécesseurs et la Cour des comptes l'avaient recommandé. Attention ! Ce n'est pas parce que nos ambassadeurs s'occuperont davantage de commerce et de tourisme qu'ils devront moins s'occuper d'éducation, de culture, de science, de stratégie : l'action extérieure de la France est un tout.

Le déficit commercial s'élève à 60 Mds? en 2013. Comment enrayer la spirale négative ?

Le déficit commercial est trop élevé, c'est un fait. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • janaliz le dimanche 6 avr 2014 à 10:47

    Il a trouvé ça tout seul le père du fils...

  • M4760237 le dimanche 6 avr 2014 à 10:41

    Le fiston Thomas Fabius en est où, de sa justification d'achat d'appartement à 7 millions d'euros ?