Laurent Fabius juge plausible la revendication d'Aqmi

le
0
AQMI REVENDIQUE LE MEURTRE DE DEUX JOURNALISTES FRANÇAIS AU MALI
AQMI REVENDIQUE LE MEURTRE DE DEUX JOURNALISTES FRANÇAIS AU MALI

PARIS (Reuters) - La revendication par Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) du meurtre de deux journalistes français de RFI au Mali semble plausible, a estimé jeudi le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius.

Ghislaine Dupont et Claude Verlon ont été enlevés puis tués samedi à Kidal alors qu'ils venaient de réaliser une interview avec un représentant des rebelles touareg du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA).

"Nous sommes en train de vérifier (la revendication) mais elle semble plausible", a dit Laurent Fabius sur I>Télé.

La revendication, publiée sur le site mauritanien d'informations Sahara Médias, émane de combattants fidèles à Abdelkrim al Targui, qui commande une des brigades d'Al Qaïda dans la région.

Selon des sources militaires à Bamako, il y a eu "plus de dix arrestations" dans l'enquête sur les assassinats de Kidal ces derniers jours, ainsi que des saisies d'armes, de munitions et de véhicules, mais bien moins que le nombre de 30 avancé par certains médias.

Selon Europe 1, l'homme qui a assassiné les deux journalistes est un djihadiste sans grade d'Aqmi, originaire de la ville de Kidal, qui voulait se racheter après avoir volé de l'argent à l'organisation.

Informé de la présence des deux Français, il aurait contacté Abdelkrim al Targui par téléphone, déclarant : "Si je t'apporte les deux Français, tu effaces ma dette ?"

Le chef lui ayant répondu par l'affirmative, le djihadiste, accompagné de trois hommes, aurait enlevé les journalistes. Le 4X4 tombant en panne, il aurait à nouveau demandé des instructions.

"Tue-les", aurait répondu le cadre d'Aqmi, selon Europe 1, qui cite "plusieurs sources".

Prié de dire si la France resterait au Mali pendant de nombreuses années, Laurent Fabius a déclaré que Paris n'avait cette "intention".

"Nous avons actuellement à peu près 3.000 hommes, nous allons descendre dès après les élections législatives, qui vont avoir lieu dans quelques jours et, en rythme normal, nous allons descendre à 1.000 soldats qui seront plutôt dans la lutte antiterroriste et qui peuvent être utiles à la fois au Mali et dans l'ensemble du Sahel", a-t-il ajouté.

Les deux tours des élections législatives maliennes sont respectivement prévus le 24 novembre et le 15 décembre.

Jean-Baptiste Vey, avec Dan Flynn, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant