Laurent Fabius en Iran pour relancer les relations bilatérales

le , mis à jour à 14:59
1
Laurent Fabius en Iran pour relancer les relations bilatérales
Laurent Fabius en Iran pour relancer les relations bilatérales

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, est arrivé mercredi matin à Téhéran avec pour objectif de relancer les relations bilatérales après l'accord nucléaire conclu le— juillet dernier entre l'Iran et les grandes puissances. «C'est un voyage important (...). Nous sommes deux grands pays indépendants, deux grandes civilisations. C'est vrai qu'au cours des dernières années, pour des raisons que chacun connaît, les liens se sont distendus mais maintenant, grâce à l'accord nucléaire, les choses vont pouvoir changer», a déclaré Fabius avant d'entamer une série de négociations avec des responsables iraniens.

Le ministre des Affaires étrangères rencontrera son homologue iranien Mohammad Javad Zarif mais aussi le président Hassan Rohani, invité en retour à venir en France.

Meeting w/ @LaurentFabius. Iran-France had invaluable coop in past. #IranDeal to be basis for future coop w/ #Europe. pic.twitter.com/fimrJMZclr— Hassan Rouhani (@HassanRouhani) 29 Juillet 2015

Le président iranien Hassan Rohani a été invité par son homologue français François Hollande, via le ministre des Affaires étrangères, à se rendre en France en novembre. «Si j'avais à résumer en deux termes le sens et l'état d'esprit dans lequel j'accomplis cette visite, je dirais le respect et la relance», a déclaré Fabius, premier chef de la diplomatie française à se rendre en Iran en 12 ans.

Un nouveau marché à conquérir

Les opportunités pour les industriels français sont importantes. L'Iran dispose d'importantes ressources pétrolières. «Cette visite est l'occasion pour l'Iran et la France de relancer leurs relations dans toute une série de domaines (...), notamment dans le domaine économique car il y a beaucoup de choses à faire ensemble», a déclaré Fabius. Mais Laurent Fabius a souligné que dans le domaine de la politique étrangère, notamment sur les questions régionales, «il y a un certain ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pbenard6 le mercredi 29 juil 2015 à 11:13

    ils devraient le garder en otage en cas de représailles israeliennes