Laurent Fabius a bon espoir d'un accord pour intervenir au Mali

le
3
UN ACCORD EN VUE POUR UNE INTERVENTION AFRICAINE AU MALI, SELON LAURENT FABIUS
UN ACCORD EN VUE POUR UNE INTERVENTION AFRICAINE AU MALI, SELON LAURENT FABIUS

par Julien Ponthus

NEW YORK (Reuters) - Un accord est en vue entre le Mali, les pays de la région et les Nations unies pour décider du principe d'une intervention militaire contre les forces islamistes qui contrôlent le nord de son territoire, a déclaré lundi Laurent Fabius.

Le chef de la diplomatie française entamait une première série de contacts à New York afin de préparer les entretiens bilatéraux que le président François Hollande doit avoir mardi et mercredi en marge de l'Assemblée générale de l'Onu.

"Le président du Mali et le Premier ministre ont saisi le secrétaire général de l'Onu et nous allons nous parler sur cette question mercredi ou jeudi prochains", a déclaré le ministre français des Affaires étrangères à des journalistes.

"Nous avons bon espoir que le Mali, la région qui l'entoure c'est-à-dire la Cédéao, l'Union africaine et les Nations unies trouvent un accord" en faveur d'une intervention militaire africaine, a-t-il ajouté.

"Cela fait des mois et des mois qu'on travaille là-dessus, pour la première fois il y a une espérance qui se lève", a-t-il dit en marge d'une visite des locaux new-yorkais de l'entreprise française Cellfish.

Il est exclu que troupes françaises interviennent au sol au Mali, a ajouté Laurent Fabius, qui a démenti par ailleurs que des membres des forces spéciales françaises soient déjà en action sur le terrain.

"Ce serait une faute d'être en première ligne parce que ce sont les Africains qui doivent régler leurs affaires en Afrique", a-t-il souligné, répétant cependant que la France pourrait avoir un rôle de "facilitateur".

OTAGES

La France est dans une situation délicate car elle doit aussi négocier la libération de ses otages détenus dans le pays.

Laurent Fabius a indiqué cependant que la force qui serait déployée comprendrait bien sûr des soldats maliens et des pays voisins mais que d'autres pays pourraient être sollicités, évoquant "d'autres forces d'appui".

Le ministre des Affaires étrangères a tenu à rappeler sa position selon laquelle la situation dans la région risquait de se transformer en "sahelistan", c'est-à-dire une situation similaire à celle de l'Afghanistan.

Afin de faire progresser la perspective d'une intervention africaine au Mali, François Hollande rencontrera mardi le président togolais, Faure Gnassingbé, et le président nigérian, Goodluck Jonathan, dont le pays, puissance régionale, est appelé à jouer un rôle central dans cette crise.

La Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a expliqué la semaine dernière au Conseil de sécurité des Nations unies qu'il lui faudrait d'importants moyens militaires pour aider les forces maliennes à reconquérir le nord du pays sous contrôle islamiste.

Le Mali est en proie à une situation chaotique depuis le coup d'État du mois de mars dernier, qui a permis aux rebelles touareg de s'emparer des deux tiers nord du pays. Des groupes islamistes, certains alliés à Al Qaïda, ont ensuite pris le contrôle du territoire en y imposant la charia.

François Hollande participera mercredi à une conférence internationale consacrée au Sahel.

Edité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6827458 le mardi 25 sept 2012 à 11:07

    sarko a fait ce qu il fallait faire, mais il y a eu des dommages co-latéreaux .LA GUERRE n est pas un jeu d innocents.

  • patr.fav le lundi 24 sept 2012 à 19:43

    hollande veut sa guerre sarko a eu la sienne et n'a rien fait pour vincent et antoine pour les sauver!!!!!!!!!!!!!!

  • M6827458 le lundi 24 sept 2012 à 19:11

    il vient de signer ... paix à leurs AMES