Laurence Boone : de Barclays Capital à l'Elysée

le
2
Laurence Boone : de Barclays Capital à l'Elysée
Laurence Boone : de Barclays Capital à l'Elysée

Et une femme de plus ! En passe de devenir conseillère économique à l'Elysée, Laurence Boone est la troisième femme du nouveau casting de François Hollande. A cette économiste chevronnée, âgée de 45 ans, d'éclairer à partir de la mi-juillet le président sur, notamment, le « retournement » qu'il avait annoncé. Un choix qui, à la lecture de son CV à l'anglo-saxonne, peut paraître étonnant. Dans sa campagne, le candidat avait déclaré que son ennemi, « c'est la finance ».

Pas de volte-face

Laurence Boone, c'est sept ans passés à la banque Barclays Capital à, par exemple, décortiquer les finances publiques de la zone euro. C'est d'ailleurs là qu'elle a été repérée par Jean-Pierre Jouyet, aujourd'hui secrétaire général de l'Elysée. Depuis 2011, elle occupe le poste de chef économiste à la Bank of America Merryl Linch. Un établissement de renommée internationale classé en tête des gérants de fortune... Partisane d'une remise des finances publiques « sur un sentier soutenable », Boone a dénoncé dans une tribune -- au titre évocateur : « Arrêtons le massacre ! » -- du 26 mai dernier un gouvernement dont les « choix de politique économique sont quasiment inexistants ». Et la nouvelle conseillère de se dire sceptique quant à un retournement de conjoncture : « La France, dans trois ans, c'est 3 millions de chômeurs, 3-4 % de déficit, une dette à 100 % du PIB, des jeunes très diplômés qui continuent de s'installer à l'étranger... »

La conseillère n'en est pas à son premier coup d'essai. La réforme pour rendre plus flexible le marché du travail en janvier 2013 ? « C'est bien d'adapter les heures et les salaires en fonction de la conjoncture », dit-elle. La perte du triple A par l'agence de notation Fitch quelques mois plus tard ? « Notre système de protection sociale construit dans les années 1950 est devenu trop coûteux. »

Dans la majorité, les oreilles sifflent ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le mercredi 11 juin 2014 à 14:52

    La Finance et surtout un banquier amerloke BOA. On n'est pas sorti de l'auberge. Après la Grèce avec GS, la France avec BOA.

  • Aston54 le mercredi 11 juin 2014 à 12:44

    Notre Mou 1er, empêtrer dans ces dogmes et phrases à l'emportepièce du genre "la finance est mon ennemi", fait encore une fois l'inverse de ce qu'il prétend... Car la Finance vient d'entrer à l'Elysée!!! Cocus du 6 Mai 2012 comptez-vous!!!!