Laser Mégajoule: dans la pinède de Gironde, la dissuasion nucléaire in vitro

le
0
Laser Mégajoule: dans la pinède de Gironde, la dissuasion nucléaire in vitro
Laser Mégajoule: dans la pinède de Gironde, la dissuasion nucléaire in vitro

Un vaste complexe de 700 hectares, à Le Barp, en Gironde, entre bruyère et pins, abrite depuis quelques semaines des expériences de simulations d'armes nucléaires: c'est le Laser Mégajoule, nouveau visage virtuel de la dissuasion, 18 ans après le dernier tir français en Polynésie.Symboliquement, le LMJ n'a été mis en service que le 23 octobre, lorsque le Premier ministre, Manuel Valls, a présidé à une mini-simulation. En fait, deux tests de qualification avaient déjà eu lieu en toute discrétion peu avant. Et les "séquences d'expériences" - on rechigne au Mégajoule à parler de "tirs" - vont s'accélérer pour atteindre jusqu'à 200 par an, souligne Pierre Vivini, chef de projet.Le LMJ, projet de trois milliards d'euros à la charge du ministère de la Défense, est l'aboutissement d'un chantier lancé lorsque la France signa, en 1996, le Traité d'interdiction complète des essais nucléaires (CTBT), après une ultime campagne de tirs qui suscita un tollé dans le Pacifique.François Geleznikoff, directeur des armes nucléaires au Commissariat à l'énergie atomique-Direction des applications militaires (CEA-DAM), s'en souvient: "A ce moment-là, il y a eu un dialogue entre le président de la République et nous. On nous a posé une question de confiance: pourrez-vous toujours nous garantir les armes sans aucun essai nucléaire? On a dit oui!". - Seuls Américains et Français - Le résultat est là, au coeur d'un bâtiment de 300 m de long et 50 m de haut, dans un vaste domaine ceint de barbelés, non loin de l'autoroute A63 reliant Bordeaux à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques).Survol interdit de la zone, accès restrictif, contrôles multiples, sas d'accès aux halls... L'esprit, pourtant, peine à réaliser que le coeur de la dissuasion française, les expériences qui permettront d'armer les missiles de la force nucléaire, s'élaborent ici, dans un paysage de lande presque bucolique.Le Barp, un "Mururoa in ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant