Laser, capteur ou GPS: le numérique envahit les fermes américaines

le
0
Laser, capteur ou GPS: le numérique envahit les fermes américaines
Laser, capteur ou GPS: le numérique envahit les fermes américaines

Doté d'un GPS et du pilotage automatique, le tracteur se fraye un chemin entre les rangs de maïs et dépose de l'engrais dosé avec précision. Il roule presque tout seul dans le champ de cette ferme du Maryland, sur la côte est des Etats-Unis.Andrew Isaacson, un employé de l'exploitation nommée Little Bohemia Creek, est bien assis dans l'habitacle. Mais sa tâche principale est de surveiller les écrans de contrôle de l'engin. "J'ai juste besoin de faire demi-tour au bout de la rangée", indique-t-il. Dans cette ferme de Warwick, le travail ne repose plus seulement sur les gestes et savoirs acquis au gré et au labeur des générations. "L'agriculture de précision", qui se répand dans tout le pays, a fait son entrée dans l'exploitation.Grâce au GPS, les tracteurs évitent de passer deux fois au même endroit, économisant du temps et du carburant. D'autres instruments mesurent précisément la quantité d'eau présente dans le sol, permettant aux agriculteurs d'ajuster leur système d'irrigation au plus juste.A Little Bohemia Creek, des capteurs sondent le terrain et indiquent combien d'engrais et autres pesticides doit recevoir telle partie du champ. "Cette technologie permet une collecte plus fine des données", explique Rich Wildman, du cabinet de conseil agricole Agrinetix. L'agriculteur peut ensuite ajuster ses produits "au centimètre près".Les avantages? Des rendements en hausse accompagnés d'une consommation d'engrais et produits chimiques réduite de 10 à 20%. Jon Quinn, 48 ans, le propriétaire de Little Bohemia Creek, utilise GreenSeeker, un appareil fabriqué par la société californienne Trimble, dans le cadre d'un projet-pilote."Je ne sais pas si je diminue ma consommation d'azote, mais au moins je le mets au bon endroit", assure-t-il. S'il dit vrai, l'engrais sera absorbé principalement par le maïs et non par la rivière en contrebas.- Question de génération -L'agriculteur est aussi ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant