Las Vegas : l'hôtel Caesars Palace dépose le bilan

le
0
Las Vegas : l'hôtel Caesars Palace dépose le bilan
Las Vegas : l'hôtel Caesars Palace dépose le bilan

Un pilier du «Strip» de Las Vegas vacille. L'exploitant du célèbre hôtel et casino Caesars Palace à Las Vegas, croûlant sous les dettes, s'est placé jeudi sous la protection de la loi américaine sur les faillites pour pouvoir continuer à accueillir joueurs et clients à l'abri de ses créanciers.

Caesars Entertainment a présenté un plan de restructuration de sa principale filiale, Caesars Entertainment Operating (CEOC,) approuvé par 80% des créanciers privilégiés, les premiers à être honorés en cas de liquidation. Longuement négocié, le plan devrait permettre à CEOC de réduire sa dette d'environ 10 milliards de dollars, à 8,6 milliards, et de diminuer au passage le coût des intérêts annuels sur cette dette d'environ 75%, en les faisant passer de 1,7 milliard de dollars à environ 450 millions.

44 casinos sous leur pavillon

Il prévoit la scission des activités de jeux et des actifs immobiliers de CEOC en deux nouvelles unités: une entité opérationnelle et un fond d'investissement immobilier qui lui louerait ses locaux en échange d'un bail de 635 millions de dollars par an. Le projet de restructuration doit être approuvé par un juge de Chicago, où a été déposé le dossier.

Certains créanciers ont toutefois engagé une procédure parallèle de faillite qu'ils voudraient imposer au groupe. Les activités de CEOC, qui possède ou gère 44 casinos et pôles hôteliers opérant principalement sous les marques Caesars, Harrah's et Horseshoe, ne sont pour l'instant pas touchées.

Une restructuration sans impact pour le client

Au Caesar's Palace, mecque des jeux de hasard aperçue dans les films «Rain Man» ou «Very Bad Trip», les artistes continueront à se produire; après Céline Dion pendant plusieurs années, c'est Elton John qui est actuellement la tête d'affiche. Les clients recevront toujours leurs points fidélité, les fournisseurs seront payés normalement et les salariés rémunérés à temps, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant