Lanvin affiche sa confiance malgré la crise en Europe

le
0
LANVIN OPTIMISTE POUR 2012
LANVIN OPTIMISTE POUR 2012

par Pascale Denis et Astrid Wendlandt

PARIS (Reuters) - Lanvin se veut confiant dans l'évolution de ses ventes en 2012 et anticipe une nouvelle année de croissance à deux chiffres, même si elle devrait ralentir par rapport à celle de 2011 en raison de la crise européenne.

Comme nombre d'acteurs du luxe, la plus ancienne des maisons de couture française vole de records en records. Ses ventes ont grimpé de 24% (à taux de change constants) l'an dernier, après un bond de 28% en 2010, portées par une demande explosive dans les pays émergents, une résistance de la consommation de produits de luxe aux Etats-Unis et, en Europe, par des flux touristiques venus compenser les effets de la crise.

"L'année 2011 a été vraiment une très belle année. Nous sommes très satisfaits, en particulier, de la croissance de nos ventes dans le réseau de distribution, qui a été du même ordre que celle de nos boutiques en propre", a déclaré à Reuters Thierry Andretta, directeur général de Lanvin, lors d'une interview.

Pour 2012, il dit anticiper une hausse "à deux chiffres" des ventes. Mais avec 40% du chiffre d'affaires réalisé en Europe, la croissance "sera probablement inférieure à celle de 2011 en raison des incertitudes macroéconomiques".

"Je suis optimiste de nature, mais je pense que l'année 2012 sera plus difficile", a ajouté cet ancien de Moschino, passé aussi par le pôle luxe de PPR, Céline (groupe LVMH ou Ungaro.

Pour l'instant, le début d'année est "parfaitement en ligne avec l'exercice écoulé (...) mais il faut voir comment la macroéconomie va évoluer en Europe", a-t-il dit.

Avec une croissance et une consommation en berne en Europe, les ventes de prêt-à-porter de luxe risquent de souffrir dans le réseau de distribution de la marque (60% du chiffre d'affaires), anticipe Thierry Andretta.

En revanche, dans les magasins en propre, les flux touristiques compensent un ralentissement perceptible de la consommation locale.

MONTEE DES ACCESSOIRES

Le chiffre d'affaires (deux tiers femme, un tiers homme) atteint aujourd'hui 203 millions d'euros et la griffe dégage une marge opérationnelle "à deux chiffres", a indiqué son directeur général, sans plus de précision.

Après avoir accumulé les pertes pendant près de trente ans, la maison de couture a renoué avec la rentabilité en 2007.

Les accessoires, les sacs en particulier, ont connu une "très forte croissance, notamment dans les réseaux de détaxe", a précisé le directeur général.

Sacs, chaussures et bijoux, plu rentables que le prêt-à-porter, comptent aujourd'hui pour 45% des ventes de Lanvin, une proportion qui devrait, à terme, légèrement augmenter. La part des accessoires pour femme dans les ventes du réseau de distribution devrait ainsi atteindre 60%, contre 51% aujourd'hui.

La griffe compte 400 points de vente dans le monde et 32 boutiques en propre. Outre l'Europe, elle est surtout présente aux Etats-Unis (25% des ventes) et en Asie (19%) hors Japon (7%).

Réveillée de sa torpeur par son directeur artistique Alber Elbaz, adulé par la critique, la griffe signe une mode sophistiquée et racée, qui s'agrémente de poétiques bijoux enrubannés.

Elle produit entre 70% et 80% de son prêt-à-porter en France. A l'heure où la débat fait rage sur le "made in France", Thierry Andretta affirme que Lanvin "est le deuxième donneur d'ordre aux façonniers français derrière Chanel".

Un atelier interne conçoit les prototypes de prêt-à-porter, dont la production est ensuite sous-traitée en France. Comme chez de nombreuses autres marques de luxe, la maille, le cuir, les accessoires et les chaussures viennent d'Italie.

La société est détenue à 75% par la milliardaire taïwanaise Shaw-Lan Wang et par l'homme d'affaires allemand Ralph Bartel, à qui une augmentation de capital réservée a permis, fin 2011, de monter de 12,5% à 25% du capital de l'entreprise.

Cette part n'a pas vocation à augmenter, a tenu à préciser Thierry Andretta, indiquant que cette dernière prise de participation était prévue depuis 2009, date de l'entrée de l'homme d'affaires au capital de Lanvin.

Edité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant