Langues régionales : le basque (re)lance l'offensive

le
1
Le tribunal administratif de Pau rappelle que les particuliers ne peuvent se prévaloir, dans leur relations avec les administrations et les services publics, d'un droit à l'usage d'une langue autre que le français, ni être contr
Le tribunal administratif de Pau rappelle que les particuliers ne peuvent se prévaloir, dans leur relations avec les administrations et les services publics, d'un droit à l'usage d'une langue autre que le français, ni être contr

Le jugement n'a surpris personne. En déclarant fin juin le basque langue officielle de la commune au même titre que le français, la municipalité d'Ustaritz savait que sa délibération avait toute chance d'être retoquée. Saisi par la préfecture des Pyrénées-Atlantiques, le tribunal administratif de Pau a décidé mercredi de la suspendre en attendant que l'affaire soit jugée au fond. "Le juge a considéré qu'il y avait de sérieux doutes sur la légalité du texte et a, dans l'ensemble, suivi notre analyse", commente Patrick Dallennes, sous-préfet de Bayonne. L'ordonnance rappelle notamment que, si la Constitution reconnaît l'appartenance des langues régionales au patrimoine de la France, "les particuliers ne peuvent se prévaloir, dans leurs relations avec les administrations et les services publics, d'un droit à l'usage d'une langue autre que le français ni être contraints à un tel usage".Fin du premier round, donc, quoique sans grande douleur : plusieurs communes du Pays basque, sans que nul n'y trouve à redire, publient déjà des comptes rendus de conseils municipaux bilingues et/ou s'engagent dans des programmes de formation en basque de leur personnel. "Il s'agissait surtout, pour le maire d'Ustaritz, de marquer sa différence avec la précédente équipe", analyse François Maïtia, conseiller général PS et président de l'Office public de la langue basque (OPLB), créé il y a 10 ans. Bruno Carrère, élu aux dernières municipales sur...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • v.sasoon le vendredi 8 aout 2014 à 12:12

    Les traces du mitraillage par l'avion miltaire ukrainien su 25 sur le cockpit du boeing de la malaysian sont visible par tous le monde. On sait que les ukrainiens ont fait le coup.