Languedoc : Aimé Guibert avait inventé le vin de table le plus cher du monde

le
0
Languedoc : Aimé Guibert avait inventé le vin de table le plus cher du monde
Languedoc : Aimé Guibert avait inventé le vin de table le plus cher du monde

« On ne peut donner que deux choses à ses enfants : des racines et des ailes. » C'est ce que la famille d'Aimé Guibert a écrit au matin de sa disparition ce week-end à 91 ans, sur le site de Daumas Gassac, pour dire l'esprit de celui qui a révolutionné la viticulture languedocienne. Ancien capitaine d'industrie du cuir à Millau, il avait racheté ce moulin pour y loger sa famille à Aniane (Hérault), sur les pentes de l'Arboussas. Au hasard d'une promenade digestive, son ami Henri Enjalbert, le grand géologue de la vigne, avait identifié des poussières glaciaires parfaites pour un grand vin.

Cinq ans et des plantations plus tard, la première cuvée de Daumas Gassac, vinifiée en 1978 par Emile Peynaud, le grand oenologue de Bordeaux, devient le vin de table le plus cher du monde. Qu'importe l'appellation. On s'arrache les premières caisses aux Etats-Unis. Le malicieux Aimé Guibert joue l'humilité. « Ici, c'est la nature qui fait tout », répond cet amateur de belles formules, imperturbable avec son regard perçant bleu acier.

Il avait torpillé l'Américain Mondavi

Daumas Gassac attise la curiosité du géant américain du vin, Robert Mondavi, qui veut faire de la montagne magique de l'Arboussas un sommet de la viticulture languedocienne, avec « winery » pour valoriser les raisins des producteurs locaux, quitte à défricher la forêt. Son futur voisin ? C'est Aimé Guibert, qui s'oppose et contribue à torpiller le projet.

Des milliers de fois, il impose à ses visiteurs l'ascension de l'Arboussas dans une voiture rustique sur une piste chaotique. Pour que chacun puisse juger par soi-même : la vue imprenable, les essences rares, les hautes futaies et, luxe absolu, la ventilation naturelle pour les parcelles de vigne en contrebas. Depuis, les producteurs locaux (Grange des Pères, Capion, Mas des Armes) vendent dans le monde entier, dans le sillage de Daumas Gassac (200 000 bouteilles), aujourd'hui géré par quatre des fils ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant