Langue allemande : en baisse dans les écoles françaises

le
0
En 2012, moins de 500 étudiants se sont inscrits au Capes, contre plus de 1000 en 2004.Mais la tendance pourrait s'inverser en raison de la crise économique.

Cette année dans l'académie d'Amiens, ils ne sont que trois. Trois étudiants à avoir choisi de devenir professeurs d'allemand et à s'être inscrits au Capes. La situation de la Picardie n'est pas unique: dans toute la France, moins de 500 personnes se sont inscrites au concours en 2012, selon les chiffres de l'Éducation natio­nale. En 2004, ils étaient encore plus de 1 000, alors que le nombre de reçus dépassait à peine la centaine. La désaffection pour l'allemand est tellement forte que l'Éducation nationale peine à recruter: cette année, 240 postes ont été ouverts pour combler les manques. Dans certaines régions, les professeurs absents ne sont pas remplacés.

Victime d'une image de langue difficile et élitiste, l'allemand pâtit aussi de l'ouverture d'esprit de ses locuteurs: la plupart des Allemands parlent l'anglais. Apprendre la langue de Goethe et de Schiller peut apparaître comme un effort inutile.

Regain en Grèce et en Espagne

En France, seuls 22 % des

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant