Lanceur d'alerte : 8 salariés sur 10 prêts à dénoncer des faits de corruption

le , mis à jour le
20
Lanceur d'alerte : 8 salariés sur 10 prêts à dénoncer des faits de corruption
Lanceur d'alerte : 8 salariés sur 10 prêts à dénoncer des faits de corruption

Edward Snowden, Hervé Falciani, Irène Frachon… Ils sont à l’origine de vastes scandales, respectivement les écoutes illégales de la NSA, l’évasion fiscale de masse chez HSBC et l’affaire du Mediator. Héros modernes pour les uns, traîtres pour les autres, les lanceurs d’alerte sont devenus des figures récurrentes de l’actualité. Mais comment réagiraient les Français dans pareille situation ?

Un sondage Harris Interactive pour l'ONG Transparency International France et l'agence de communication Tilder que notre journal dévoile en exclusivité, révèle que 83 % des salariés, s’ils étaient témoins de pratiques de corruption sur leur lieu de travail, seraient prêts à en parler. Un résultat qui témoigne d’une véritable évolution des mentalités, car des sondages similaires réalisés par le passé obtenaient des taux de signalement bien inférieurs.

Le signe, aussi, que la France en aurait fini avec ses vieux démons… « Sur le sujet des lanceurs d’alerte, on m’a souvent opposé Vichy, soupire Nicole Marie Meyer, spécialiste de la lutte contre la corruption chez Transparency France. On m’a doctement expliqué que la société française était opposée au système de l’alerte à cause du souvenir des lettres de dénonciation. Une interprétation absurde ! Vichy, c’est le signalement anonyme, la vengeance privée ; l’alerte, c’est le signalement à visage découvert, dans l’intérêt général. Notre sondage montre que les Français y sont favorables. »

39 % des salariés choisissent de s’adresser… à un collègue

Le hic ? Une majorité de salariés ne se tournerait pas vers les bons interlocuteurs. Selon les résultats du sondage, 39 % d’entre eux choisissent ainsi de s’adresser… à un collègue. « Ce qui, dans les faits, est pratiquement la même chose que de ne pas parler », déplore Anne Marie-Meyer, soulignant que les dispositifs d’alerte sont facultatifs dans les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M415325 il y a 12 mois

    Vous bnous souvenez du gendarme haut frde de Marseille interrogé par les députés après avoir dénoncé le laxisme de la justice il a été mis au placard ce n est pas vieux vous pouvez encore le voir sur YouTube

  • M415325 il y a 12 mois

    Dommage que cela ne marche pas chez les hauts fonctionnaires

  • milano12 il y a 12 mois

    et combien sont virés ?

  • pierry5 il y a 12 mois

    A l'école, les délateurs on leur faisait leur fête. Vive 40/45 où il y avait un peu partout un bureau spécial.

  • M3266709 il y a 12 mois

    Ça devrait exister bcp plus en france la dénonciation. Ça fonctionne tres bien dans d'autre pays

  • M8614773 il y a 12 mois

    c'est pas au fn que sont les fous dangereux? le ps se debrouille pas mal !ce que sarko revait,hollande le realise !

  • frk987 il y a 12 mois

    Incroyable mon allusion à l'ordre de la francisque à perduré 48 mn !!!!!! Boursorama, vous manquez à vos obligations primaires, c'est même de la faute professionnelle !!!!!!

  • frk987 il y a 12 mois

    Ah schrett , vous me rappelez ma carrière professionnelle.......Tout est pou.....rrri jusqu'à la moelle dans le secteur public. J'ai même vu un appel d'offre d'ordinateur spécifiant la couleur.......MORT DE RIRE. Au moins il n'y avait pas le choix !!!!!!

  • frk987 il y a 12 mois

    Et chaque dénonciateur sera remercié par l'ordre de la francisque, décoration si chère à nos socialos, quand le maître à penser du PS l'a obtenu avec gloire. N'oubliez JAMAIS que les pleins pouvoirs à Pétain ont été attribué par la SFIO.

  • schrett il y a 12 mois

    La corruption est structurelle, et je pèse mes mots, à tous les niveaux des collectivités locales notamment. Pour l'expérience que j'en ai eu, je peux affirmer que rares sont les appels d'offre dont le lauréat n'est pas connu d'avance. Les soumissionnaires vous demandent carrément si c'est la peine de postuler sachant qu'une réponse à un appel d'offre représente une perte de temps non négligeable surtout pour une PME