Lancement officiel chez les buralistes du "Compte nickel", mode de paiement low-cost

le
0
Le compte proposé par la FPE peut être ouvert selon ses créateurs "en cinq minutes en moyenne" chez un buraliste avec un document d'identité et un numéro de téléphone mobile. La carte de paiement et un RIB sont immédiatement disponibles. Joanne Harris and
Le compte proposé par la FPE peut être ouvert selon ses créateurs "en cinq minutes en moyenne" chez un buraliste avec un document d'identité et un numéro de téléphone mobile. La carte de paiement et un RIB sont immédiatement disponibles. Joanne Harris and

(AFP) - La Financière des paiements électroniques (FPE), associée à la Confédération des buralistes, a lancé officiellement mardi auprès du grand public le "Compte nickel", son compte de paiement low-cost simplifié, disponible dans les bureaux de tabac, sans condition de dépôts ou de revenus.

Ce compte n'autorisant aucun découvert mais acceptant les achats sur internet permet une "maîtrise absolue du client sur l'ensemble de ses frais", a expliqué lors d'un point-presse le président du comité de surveillance de la FPE, Hugues Le Bret.

"Avec un compte sans découvert, les gens vont réapprendre comment dépenser leur argent", a assuré M. Boulanouar, président de la start-up.

Le "Compte nickel" concerne évidemment au premier chef les 2,5 millions d'individus interdits bancaires en France. Mais il cible aussi les étudiants, les saisonniers, les intérimaires, les colocataires, mais aussi des pratiques comme la gestion d'achats entre particuliers et les comptes éphémères liés à un divorce ou une succession.

Le compte proposé par la FPE peut être ouvert selon ses créateurs "en cinq minutes en moyenne" chez un buraliste avec un document d'identité et un numéro de téléphone mobile. La carte de paiement et un RIB sont immédiatement disponibles.

La formule de base du "Compte nickel", qui comprend notamment sa gestion par internet, des notifications par SMS, les virements et les prélèvements, coûte 20 euros par an, réglés lors de l'achat du coffret.

S'y ajoutent des frais pour les retraits d'espèces chez les buralistes (0,5 euro) ou dans un distributeur de billets (1 euro) ou encore en cas de dépôts d'espèces chez le buraliste (2% de la somme).

Pour lutter contre le blanchiment les dépôts d'espèces sont limités à 250 euros par opération et à 750 euros par mois.

Les buralistes, fréquemment victimes de braquages, encourront eux moins de risques car "les clients les aideront à alléger leur caisse" avec des retraits pouvant atteindre 150 euros, a déclaré Pascal Montredon, président de la Confédération des buralistes, qui détient 5% du capital de la FPE.

La FPE souhaite pour sa part pouvoir compter sur 1.000 buralistes partenaires d'ici à la fin de l'année et atteindre à cette même date le seuil de rentabilité fixé à 100.000 clients.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant