Lancement d'un second appel d'offres gouvernemental sur l'éolien offshore

le
0
La France accuse un lourd retard sur l'Allemagne, le Danemark ou encore la Grande-Bretagne en matière d'éolien offshore.
La France accuse un lourd retard sur l'Allemagne, le Danemark ou encore la Grande-Bretagne en matière d'éolien offshore.
Les lauréats seront connus en janvier prochain.
La semaine aura été marquée par une série d'annonces pour redynamiser les filières de l'énergie solaire et de l'éolien offshore, touchées elles aussi par la crise économique et objet d'objectifs établis à l'horizon 2020 par l'ancienne majorité dans le cadre du Grenelle de l'environnement qui apparaissent aujourd'hui intenables. L'énergie durable dans son ensemble n'en aura pas moins été l'un des principaux sujets de la Conférence environnementale de mi-septembre, laquelle a débouché sur des engagements qui, bien sûr, doivent encore se traduire dans les actes.
Un défi d'envergure pour le gouvernement, sur fond de divergences de vue majeures avec les écologistes et les associations de protection de l'environnement, tandis que le débat national sur la transition énergétique a débuté il y a quelques semaines sous les pires auspices. Plusieurs ONG, Les Amis de la Terre et Greenpeace pour ne citer qu'elles, ont en effet claqué la porte avant même le début des tractations, considérant que ledit débat ne fera en réalité que conforter le nucléaire dans son hégémonie. En plus de, peut-être, fixer de nouvelles orientations quant à l'exploration des hydrocarbures de roche-mère sur le territoire national.
Paris ne délaisse pas pour autant les technologies « propres », comme en a témoigné le lancement avant-hier par la ministre de l'Écologie Delphine Batho d'un « second » ? et non deuxi
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant